Annie Ernaux et l'écriture du journal

par Anusorn Chompupol

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation francaise

Sous la direction de Bernard Vouilloux.

Soutenue le 06-01-2017

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , en partenariat avec CELLF (laboratoire) .

Le président du jury était Michel Jarrety.

Le jury était composé de Bruno Blanckeman, Dominique Rabaté, Françoise Simonet-Tenant.


  • Résumé

    Cette thèse a pour but d’étudier l’écriture du journal chez Annie Ernaux à partir de sept textes diaristiques : Journal du dehors, « Je ne suis pas sortie de ma nuit », La Vie extérieure, Se perdre, le « photojournal » d’Écrire la vie, L’Atelier noir et Regarde les lumières mon amour. Ces journaux se différencient par leur forme et par leur fond : journal intime, journal externe, journal d’écriture et photojournal. Ils entretiennent également des liens avec les textes littéraires de leur auteur. Nous nous sommes intéressé tout d’abord à leur poétique, en partant du cadre théorique de la forme journalière pour analyser leur transcription du temps, leur structure fragmentaire et la figure de la diariste. Puis nous avons étudié le rôle triple joué par la pratique diaristique chez l’auteur : le besoin de conserver une trace du vécu et du fait social, l’aide psychologique au quotidien et la découverte de soi. En dernier lieu, nous avons analysé les résonances des journaux dans les différents textes de notre corpus, les liens les unissant aux extraits intimes parus dans des revues littéraires, de même que les rapports entre journaux et récits, tant par leurs thématiques que par leur conception et le recours à la photographie. Notre étude montre ainsi toute l’importance jouée par le journal dans la vie et le travail littéraire d’Annie Ernaux. La forme diaristique lui est en effet indispensable pour retracer son existence, garantir sa vérité et accompagner ses projets d’écriture.

  • Titre traduit

    Annie Ernaux and the diary writing


  • Résumé

    This thesis aims to study the diary writing of Annie Ernaux from seven diaristic texts: Journal du dehors, “Je ne suis pas sortie de ma nuit”, La Vie extérieure, Se perdre, “photojournal” in Écrire la vie, L’Atelier noir and Regarde les lumières mon amour. These diaries are differentiated by their forms and their contents: intimate diary, impersonal diary, literary diary, and photojournal. They also have links with the literary works of their author. We were interested first of all in their poetics, based on the theoretical framework of diary form in order to analyze their time transcription, their fragmentary structure and the diarist’s figure. Then we studied the triple role played by her diaristic practice: the need to keep a record of personal experience and social facts, the psychological assistance in daily life and the self-discovery. Finally, we analyzed the resonances in the texts of our corpus, their links with diary fragments published in literary journals, as well as the relationship between diaries and literary works, in their themes, their conception and the use of photography. Thus our study shows the diary’s importance in the life and the literary work of Annie Ernaux. The diaristic form is essential for her to trace her existence, guarantee her verity and accompany her writing projects.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.