Thomas Reid sur les premiers principes de la connaissance spéculative, morale et politique

par Vinícius França Freitas

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Laurent Jaffro et de Lívia Mara Guimarães.

Le président du jury était Denis Forest.

Le jury était composé de Laurent Jaffro, Lívia Mara Guimarães, José Raimundo Maia Neto, Marcos César Seneda.

Les rapporteurs étaient Bento Prado Neto.


  • Résumé

    Cette dissertation rend compte de la théorie des premiers principes de la connaissance de Thomas Reid (1710-1796), plus particulièrement, de la théorie des premiers principes de la philosophie de l'esprit, de la morale et de la politique. Dans le premier chapitre, je discute des engagements fondationnalistes de Reid dans la philosophie de l'esprit, de la morale et de la politique. Je soutiens qu'il est clairement un fondationnaliste en ce qui concerne la connaissance spéculative et morale, mais qu’il n'est pas clair qu’il conserve les engagements fondationnalistes en matière de savoir politique - les premiers principes de la politique ne sont pas des croyances évidentes en soi : ils ne sont pas justifiés depuis le début de la recherche. Par conséquent, ils n'ont pas ce qu'il faut pour être une croyance fondamentale dans une vision fondationnaliste de la structure de la connaissance. Dans le deuxième chapitre, je discute la compréhension de Reid des sources de la connaissance, à savoir, le sens commun et la connaissance de l'humanité. Je soutiens que si la philosophie de l'esprit et de la morale repose sur les premiers principes du sens commun (croyances immédiates et irrésistibles dues à la constitution originelle de l'esprit), la politique repose sur les premiers principes de la connaissance de l'humanité (croyances dues à un mélange de la sagacité et de l'expérience du philosophe politique qui vit parmi les êtres humains dans une société politique). Dans le troisième chapitre, j'essaie d'expliquer la compréhension de Reid des premiers principes de la philosophie de l'esprit, de la morale et de la politique. Je m’efforce de répondre à ces questions : Qu'est-ce qu'un principe premier de la connaissance ? Comment expliquer la distinction entre les principes des vérités contingentes et les principes des vérités nécessaires ? Quelles sont les moyens que nous avons pour identifier les premiers principes de la connaissance ? Le quatrième et dernier chapitre est entièrement consacré à la discussion du sens commun. Plus particulièrement, je discute la manière dont Reid défend les premiers principes du sens commun contre l'attaque sceptique.

  • Titre traduit

    Thomas Reid on the first principles of speculative, moral and political knowledge


  • Résumé

    This thesis aims to discuss Thomas Reid’s (1710-1796) theory of the first principles of knowledge, more particularly, the first principles of philosophy of mind, morals and politics. In the first chapter, I discuss Reid’s foundationalist commitments in philosophy of mind, morals and politics. I argue that he is clearly a foundationalist about speculative and moral knowledge, but it is not clear if he keeps foundationalist commitments with regard to political knowledge – the first principles of politics are not self-evident beliefs: they are not justified from the start and, therefore, they do not have what is needed for being basic beliefs in a foundationalist view of the structure of knowledge. In the second chapter, I discuss Reid’s understanding of the sources of speculative, moral and political knowledge, namely, common sense and knowledge of mankind. I argue that while philosophy of mind and morals are based upon the first principles of common sense – immediate and irresistible beliefs due to the original constitution of mind, politics is based upon first principles of the knowledge of mankind – beliefs that are due to a mixture of the sagacity and the experience of the political scientist who lives among other human beings in a political society. In the third chapter, I try to explain Reid’s comprehension on the first principles of philosophy of mind, morals and politics. I try to explain what a first principle of knowledge is, how to understand the distinction between the principles of contingent and necessary truths and what the means we have to identify the first principles of knowledge are. The fourth and last chapter is entirely dedicated to common sense. More particularly, I discuss how Reid defends the first principles of common sense from the skeptical attack.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.