Islam, vie collective, organisation sociale et politique dans la ville de Salé : (1792-1930)

par Ahmed Khalid Ben Omar

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Pierre Vermeren.

Soutenue le 21-12-2017

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale d'Histoire de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris) , en partenariat avec Institut des mondes africains (France) (équipe de recherche) et de Institut des mondes africains (France) (laboratoire) .

Le président du jury était Jalal Oumezloug.

Le jury était composé de Pierre Vermeren, Philippe Pétriat.

Les rapporteurs étaient Oissila Saaïdia, Abdelaziz Touri.


  • Résumé

    Les principales villes marocaines semblent connaitre un déclin économique et un affaiblissement au courant du 19e siècle, celles-ci semblent aussi avoir peu de contacts avec l'extérieur et la vie religieuse, sociale, l'organisation collective et urbaine sont encore peu connus. La ville marocaine de Salé bien qu'au passé prestigieux et riche est emblématique de cette tendance. Peu d'étrangers semblent avoir à cette époque eu l'occasion de visiter des villes marocaines comme Salé ou encore Chefchaouen au passé prestigieux mais traditionnellement fermées aux influences étrangères. Les archives locales sont rares et impliquent une familiarité avec l'Arabe et les documents officiels du régime Sultanien, archives qu'il faut aller déchiffrer parfois dans les collections privées. Or, le courant du 19e siècle est un moment historique crucial. En effet, se plonger dans la culture urbaine marocaine de ce siècle et dans les mouvements historiques associés permet d'avoir des éclairages complémentaires et intéressants sur la réaction marocaine à la colonisation et l'essence des mouvements de résistances marocains. Ceci est particulièrement valable pour la ville de Salé. En effet, pendant les décennies qui précédent l'indépendance du Maroc, la ville de Salé fut le fief des mouvements de résistance nationale. En témoignent l'appel au «latif» lancé à Salé, par Ahmed Maâninou, relayé par la suite dans les principales cités du Maroc, et la pétition contre le Dahir Berbère remise au Sultan Mohammed V et au Résident général conduira la France au retrait du dahir de mai 1930, perçu par les intellectuels de l'époque comme une tentative de division du peuple marocain.

  • Titre traduit

    Islam, social life, collective organization in Salé in the 19th century


  • Résumé

    The main Moroccan cities seem to be experiencing an economic decline and a weakening during the 19th century, they also seem lo have little contact with the outside world and religious, social, collective and urban organization are still little known. The Moroccan city of Salé although a prestigious and rich past is emblematic of this trend. Few foreigners seem to have had the opportunity to visit Moroccan cities such as Salé or Chefchaouen with a prestigious past but traditionally closed to foreign influences. Local archives are rare and involve a familiarity with the Arabic and official documents of the Sultanian regime, which must be deciphered sometimes in private collections. Indeed, the 19th century is a crucial historical moment : to immerse ourselves in the Moroccan urban culture of this century and in the associated historical movements allows us to have complementary and interesting insights into the Moroccan reaction to colonization and the essence of Moroccan resistance movements. This is especially !rue for the city of Salé. Indeed, during the decades preceding the independence of Morocco, the city of Salé was the stronghold of the national resistance movements. As evidenced by the appeal to the "latif” launched in Salé by Ahmed Maâninou, subsequently relayed in the main cities of Morocco, and the petit ion against the Dahir Berbère given LO Sultan Mohammed V and the General Resident will lead France to the withdrawal of dahir of May 1930, perceived by the intellectuals of the time as an attempt to divide the Moroccan people.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.