Traite des esclaves et commerce néerlandais et français à Madagascar (XVIIè et XVIIIè siècles)

par Rafaël Thiebaut

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Bertrand Hirsch et de Ulbe Bosma.

Soutenue le 21-11-2017

à Paris 1 en cotutelle avec Vrije universiteit (Amsterdam) , dans le cadre de École doctorale d'Histoire de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris) , en partenariat avec Institut des mondes africains (France) (équipe de recherche) et de Institut des mondes africains (France) (laboratoire) .

Le président du jury était Philippe Beaujard.

Le jury était composé de Bertrand Hirsch, Ulbe Bosma, Alicia Schrikker, Thomas Vernet.

Les rapporteurs étaient Richard Blair Allen.


  • Résumé

    La traite des esclaves à Madagascar a provoqué de changements importants tout au long du XVIIe et XVIIIe siècles, aussi bien sur le plan politique, qu’économique et social. Les Néerlandais et les Français, présents à la colonie du Cap et aux Mascareignes étaient des acteurs de taille dans ces interactions commerciales complexes et symboliques. Des transformations sont perceptibles dès les premiers contacts, non seulement au sein des grands royaumes sakalava et betsimisaraka mais également jusqu’aux régions les plus recluses. Pourtant, les relations commerciales se complexifient dans la longue durée. En effet, une certaine continuité est identifiable sur toute la période étudiée. Le commerce maritime qui jouait un rôle primordial dans ces développements, concernait riz, bétail et captifs échangés contre piastres, armes à feu et toiles. Il a bouleversé la balance des pouvoirs et l’économie de la Grande Île. Le volume de la traite, calculé à partir de centaines d’expéditions néerlandaise et française, était déjà très substantiel avant le milieu du XVIIIe siècle.

  • Titre traduit

    Dutch and French slave trade and commerce on Madagascar (seventeenth and eighteenth centuries)


  • Résumé

    The slave trade on Madagascar provoked important changes in the seventeenth and eighteenth centuries, both politically, economically and socially. The Dutch and the French, present on Cape Colony and the Mascarene Islands, were important players in these commercial, but complex and symbolic, interactions. The transformations are detectable from the first contact onwards, not only in the great kingdoms of Sakalava and Betsimisaraka but also in the most secluded areas. However, commercial relations complexified in the longue durée. Indeed, a certain continuity is identifiable during this entire period. The maritime commerce, which played a primary role in these developments, concerned rice, cattle and slaves bartered for Spanish dollars, firearms and textiles. The slave trade disturbed the balance of powers and the economy of the Big Island. The volume of the trade, calculated from hundreds expeditions done by the Dutch and the French, was already very substantial before the middle of the eighteenth century.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.