Stress testing the banking system : towards a more macroprudential approach

par Guillaume Arnould

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Catherine Bruneau.

Soutenue le 14-12-2017

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale d'Économie (Paris) , en partenariat avec Centre d'économie de la Sorbonne (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Olena Havrylchyk.

Le jury était composé de Catherine Bruneau, Laurent Clerc.

Les rapporteurs étaient Laetitia Lepetit, Laurent Weill.

  • Titre traduit

    Tester la résistance du secteur bancaire : vers une approche plus macroprudentielle


  • Résumé

    Les tests de résistance, qui évaluent la capacité des banques à soutenir la détérioration de la situation économique et financière, sont devenus un outil qui aide les banques centrales à exercer leur nouveau pouvoir de supervision et à promouvoir un système financier stable. En outre, la récente crise financière mondiale a déplacé le centre d'attention de la supervision financière d'une perspective microprudentielle, basée sur la résilience des institutions individuelles, à une perspective plus macroprudentielle, qui englobe la résilience globale du système financier. Par conséquent, les tests de résistance microprudentiels mettent l'accent sur le rôle traditionnel du capital bancaire en tant que coussin de protection contre les pertes, tandis que les tests de résistance macroprudentiels se concentrent sur le système bancaire dans son ensemble. La crise financière mondiale a également souligné le rôle crucial du risque de liquidité dans la détérioration de la stabilité du système financier international. Le premier article passe en revue le premier test de résistance de la BCE, en le comparant à la littérature et aux autres tests de résistance effectués de par le monde, et contextualise ses résultats. Il donne un aperçu des tests de résistance et une liste d'améliorations potentielles. Le second article cherche à construire une méthodologie qui couvre certaines lacunes (effet de spillovers et interactions entre solvabilité et liquidité) identifiée dans le premier chapitre et l'utilise pour évaluer la fragilité actuelle du système bancaire de la zone euro selon différents scénarios. Enfin, le troisième chapitre analyse le lien entre la solvabilité et les coûts de financement.


  • Résumé

    Stress tests, which evaluate banks' capacity to withstand deteriorating economic and financial condition, have become a tool that helps central banks to fulfil their new supervisory power and promote a stable financial system. Additionally, the global financial crisis shifted the perspective of financial supervision from a microprudential perspective, based on the resilience of individual institutions, to a more macroprudential perspective, which encompasses the whole financial system resilience. Hence, microprudential stress tests emphasize the traditional role of bank capital as a buffer against loss, shielding the deposit insurance agency, while, macroprudential stress tests focus on whether the banking system as a whole has the balance, sheet capacity to support the economy. The global financial crisis also highlighted the crucial role of liquidity risk in undermining the stability of the international financial system. The first paper reviews the first ECB stress test, comparing it to the literature and other stress tests conducted, and contextualize its results. It provides an overview of stress tests as a tool and give a list of potential improvements. The second paper, seeks to construct methodology that covers some shortcomings (spillovers and interaction between solvency and liquidity) identified in the first chapter and uses it to assess the current fragility of the Eurozone banking system to various scenarios. Finally, the third chapter analyses the link between solvency and funding costs as a potential source of second round losses in the stress testing framework.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?