Le tourment militant : ethnographie de l'engagement partisan au Parti Socialiste (2010/2016)

par Kévin Delasalle

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Jean-Noël Retière.

Soutenue le 14-06-2017

à Nantes , dans le cadre de Ecole doctorale Droit, Economie-Gestion, Sociétés, Territoires (Nantes) , en partenariat avec Université Bretagne Loire (COMUE) et de Centre nantais de sociologie (laboratoire) .

Le président du jury était Rémi Lefebvre.

Le jury était composé de Rémy Le Saout.

Les rapporteurs étaient Frédérique Matonti, Julian Mischi.


  • Résumé

    À partir d'un terrain circonscrit géographiquement – une Section et une Fédération du Parti Socialiste, ainsi que le Groupe politique d'une collectivité locale – et dans le temps – entre 2010 et 2016 –, la thèse interroge un objet de recherche peu exploré : l'engagement politique dans sa dimension « malheureuse ». La trajectoire singulière de l'auteur – chercheur devenu adhérent puis militant « professionnalisé » – rend possible une sociologie « par le soi » de ce qu'il convient de nommer le « tourment militant ». Au croisement de la sociologie de l'engagement et du désengagement, de la sociologie du militantisme, de la sociologie des émotions, de l'ethnographie du politique, voire de la sociologie du travail politique, la thèse explore la mosaïque des « élans » et des « tourments » de militants socialistes sous le quinquennat du Président François Hollande. À l'aune des « carrières » individuelles de ces militants, sont interrogées les sources et expressions, évolutives et différenciées, de la « désillusion », de la « colère », du « désarroi »... L'approche résolument ethnographique et compréhensive, sensible aux contextes national et local, permet de saisir dans sa diachronie le processus d'attachement au militantisme d'une part, et de prise de distance d'autre part, des militants. Sont alors mis au jour, en fonction des trajectoires individuelles (militantes, professionnelles, personnelles...) et des positions occupées (ou non) dans l'appareil partisan, les ressorts entremêlés dont procède la métamorphose de l'engagement, de l'adhésion au tourment.

  • Titre traduit

    The activist torment. : ethnography of the activit commitment in the French Parti Socialiste (2010-2016)


  • Résumé

    Basing the analysis on a limited area and timing – a Section and a Fédération of the French Parti Socialiste, and the political staff of a local authority, from 2010 to 2016 – this thesis investigates an original field, rarely examined : the political commitment as it turns sour. The author's odd journey – from the researcher to the political party member, to the professional activist – enables a sociological approach of what he will call the « activist torment » taking his own experience into account. At the crossroads of the social studies of commitment and disengagement, of political activism, of feelings, of political ethnography, and even of political work, this thesis investigates the Parti Socialiste activists' patchwork of urges and torments under President François Hollande's five-year term. In the light of individual activists' « careers », this thesis questions the causes and expressions, varying and moving phenomenons, of disenchantment, anger, disarray... With an ethnographical and comprehensive approach, and taking into account the national and local backgrounds, the thesis analyses the dual process of commitment and withdrawal of the activists. Considering the different paths (activist, professional, personnal...) taken by each individual and their role in the party, the study shows the intermingled ways and causes to the transformation of the commitment, from compliance to torment.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.