Socio-histoire de l'Inspection du travail : une administration comme une autre ?

par Marie Szarlej-Ligner

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Jean-Noël Retière.

Soutenue le 19-04-2017

à Nantes , dans le cadre de Ecole doctorale Droit, Economie-Gestion, Sociétés, Territoires (Nantes) , en partenariat avec Université Bretagne Loire (COMUE) et de Centre nantais de sociologie (laboratoire) .

Le jury était composé de Philippe Auvergnon, Jean-Pierre Le Crom.

Les rapporteurs étaient Stéphane Beaud, Delphine Serre.


  • Résumé

    Cette recherche s'intéresse aux multiples tensions dans l'action publique en matière d'inspection du travail. Tout d'abord, la conception de celle-ci relève de différents ministères, dont les préoccupations se portent plus ou moins sur les questions du travail, et au sein desquels la formation en Droit du travail et le statut des agents est plus ou moins propice à assurer un réel contrôle du respect du Droit du travail. Au ministère du Travail plus particulièrement, les tensions historiques entre les logiques sociales et les logiques économiques se sont accrues dans les années 1970 lorsqu'il qu'il s'est vu attribuer le développement des politiques économiques de l'emploi. Dès lors, la promotion de ces dernières et celle, concomitante, du développement du droit d'origine conventionnel, amènent les ministres successifs et les cadres du ministère à ré-orienter l'historique vocation de l'Inspection du travail. Mais cette redéfinition se heurte aux représentations que les inspecteurs se forgent de leur mission et qui est conforme à ce qu'ils estiment être l'« idée d’œuvre de l’Inspection ». Dans la période récente, si les oppositions entre les agents de terrain et les garants de l'ordre administratif se cristallisent autour des réformes de management, l'enjeu demeure la définition du « vrai boulot » des agents.


  • Résumé

    This research is interested in the multiple tensions in public action regarding the labour inspectorate (inspection du travail). First of all, the conception of this inspectorate depends on various ministries, the concerns of which focus more or less on questions connected to work, and within which the status of agents and their training in labour law is more or less conducive to ensuring a real control of the respect of labour laws. In the Ministry of Employment more particularly, the historic tensions between social and economic logics increased during the 1970s, when the ministry was assigned the task of developing economic policies related to employment. From then on, the promotion of these policies and the concomitant development of conventional law have led successive ministers and managerial staff at the ministry to re-orientate the mission of the labour inspectorate. But this redefinition clashes with representations inspectors have built up themselves of their mission, in accordance with what they estimate to be the fundamental purpose of the inspectorate. More recently, if the oppositions between field agents and guarantors of the administrative order crystallize around management reforms, the most important issue remains the definition of what the agents’ “real job” is.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.