La construction de la participation environnementale en Afrique du Sud

par Mélanie Pommerieux

Thèse de doctorat en Science Politique

Sous la direction de Ève Fouilleux et de Magalie Bourblanc.

Soutenue le 28-08-2017

à Montpellier , dans le cadre de Ecole doctorale Droit et science politique (Montpellier ; 2015-....) , en partenariat avec Centre d'Etudes Politiques de l'Europe Latine / CEPEL (laboratoire) .

Le président du jury était Rémi Barbier.

Le jury était composé de Ève Fouilleux, Magalie Bourblanc, Rémi Barbier, Cécile Blatrix, Laura Michel.

Les rapporteurs étaient Rémi Barbier, Cécile Blatrix.


  • Résumé

    Depuis les années 1980, les dispositifs participatifs se sont multipliés de par le monde, sans pour autant qu’ils n’aient permis de démocratiser la vie politique. Alors que l’adoption de tels dispositifs est souvent pensée comme un impératif, en particulier pour les pays en développement et dans le domaine de l’environnement, cette thèse s’applique à expliquer la construction de la participation environnementale en Afrique du Sud, à l’aide d’une démarche visant l’identification des acteurs impliqués, l’analyse de leurs motivations et de la manière dont ils l’influencent. Notre cadre d’analyse propose d’étudier le comportement de catégories d’acteurs au travers de quatre dimensions : la compétition entre acteurs politiques ; le poids des structures administratives ; le profil des prestataires professionnalisés ; les combats des acteurs sociaux. Notre enquête s’appuie sur des entretiens semi-directifs, l’observation de réunions, la littérature grise ainsi que la collecte d’archives. Au terme de notre thèse, nous constatons un faible intérêt des acteurs politiques pour les dispositifs participatifs environnementaux en Afrique du Sud. Cela engendre un manque d’incitation à la prise en compte de la voix du public par les structures administratives, conduisant généralement à une organisation a minima de la participation du public par les consultants, qui ne permet qu’à une minorité de la population sud-africaine de s’exprimer. Des fonctionnaires qui ne sont pas soutenus par les structures administratives avec lesquelles ils devraient collaborer cherchent toutefois à les contourner en s’appuyant sur le public pour mettre en œuvre leur mandat de préservation de l’environnement. Afin de trouver une place sur le marché sud-africain de la participation dominé par des consultants environnementaux, des consultants indépendants choisissent également de se spécialiser dans la participation publique et de favoriser l’organisation de dispositifs participatifs adaptés aux contextes locaux.

  • Titre traduit

    The construction of environmental participation in South Africa


  • Résumé

    Since the 1980s, participatory processes have proliferated all over the world, without having enabled for a democratization of political systems. While the adoption of such processes is often thought has an imperative, in particular for developing countries and in the environmental field, this thesis seeks to explain the construction of environmental participation in South Africa, using an approach aiming at identifying the actors involved, analyzing their motivations and the way in which they influence it. Our analytical framework offers to study the behavior of groups of actors through four dimensions: the competition between political actors; the weight of administrative structures; the profile of professionalized service providers; the struggles of social actors. Our study relies on semi-structured interviews, meetings’ observations, grey literature and the collect of records. At the end of our thesis, we notice little interest from political actors for environmental participatory processes in South Africa. This causes a lack of incentive for administrative structures to take the public voice into account, usually leading to a low-cost organization by consultants, which does only allow for a monitory of the South African population to express itself. Civil servants who do not have the support of administrative structures with which they should collaborate try nonetheless to circumvent them by seeking public support so that they can implement their mandate for environmental preservation. In order to make their way into the South African participation market dominated by environmental consultants, independent consultants also choose to specialize themselves into the public participation field and to favor the organization of participatory processes adapted to the local context.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?