De la terre à la ville, de la ville à la terre : engagement de l'habitant dans les agricultures urbains interstitielles de Metro Manila (Philippines)

par Julia Tichit

Thèse de doctorat en Geographie et aménagement de l'espace

Sous la direction de Geneviève Cortes et de Catherine Bernié-Boissard.

Soutenue le 11-12-2017

à Montpellier 3 , dans le cadre de Territoires, Temps, Sociétés et Développement , en partenariat avec ART-DEV - Acteurs, Ressources et Territoires dans le Développement (laboratoire) et de Acteurs- Ressources et Territoires dans le Développement / ART-Dev (laboratoire) .

Le président du jury était Monique Poulot.

Le jury était composé de Geneviève Cortes, Julie Le Gall, Jérôme Tadié.

Les rapporteurs étaient Véronique Dupont, Christophe Soulard.


  • Résumé

    Cette thèse porte sur l’analyse des formes et des acteurs de l’agriculture urbaine interstitielle dans l’environnement urbain fragmenté, défavorisé et ultra-dense de Metro Manila aux Philippines. La recherche est consacrée à la problématique de l’engagement des familles et des habitants dans les différentes formes d’agriculture intra-urbaine et s’inscrit dans le champ de la Géographie Sociale qui se construit sur l’analyse des pratiques idéelles et matérielles des acteurs vis-à-vis de l’espace. L'échelle de l'habitant est saisie dans la dynamique familiale.L’analyse des dynamiques urbaines et des systèmes d’acteurs engagés permet d’introduire une typologie des formes interstitielles de l’agriculture urbaine dans l’espace métropolitain de Manila : une agriculture urbaine émergente hors-sol, portée par des acteurs organisationnels et des agricultures urbaines familiales de plein champ, spontanées et distinguées en fonction de leur inscription résiduelle ou résurgente dans les dynamiques métropolitaines.En postulant la dimension spatiale intrinsèque et oubliée de la notion d’engagement, la thèse propose une définition en situation, comme prisme d’analyse de l’habiter. La démarche fait émerger l’importance à considérer les pratiques, les objectifs et les projets des familles dans leur engagement en agriculture urbaine. La notion de tactique est mobilisée, en référence aux tactiques quotidiennes de détournement et envisage d’aller à l’encontre des déterminismes de la pauvreté et de restituer la capacité d’être acteur en tant que familles vulnérables. L’enjeu est d’identifier les tactiques d’engagement des familles dans l’agriculture urbaine à partir de leurs pratiques complexes de captation de ressources.Dans un contexte plutôt non-formel, où les ressources matérielles sont faibles, l’engagement des familles et des habitants dans l’agriculture urbaine s’appuie, sur la combinaison de tactiques socio-spatiales, économiques et politiques pour accéder à l’espace et aux autres ressources de l’existence. A partir d’une approche diachronique, les tactiques d’engagement en agriculture urbaine sont déclinées dans les parcours de vie au moment de l’installation de la famille en agriculture urbaine et pour vivre de l’agriculture urbaine dans la ville. L’engagement des familles dans l’agriculture urbaine se caractérise par un « mieux vivre » qui améliore leurs situations de pauvreté et leur qualité de vie, mais ne consolide pas leur Droit à la ville.La méthodologie est qualitative et mobilise une batterie d’outils anthropo-géographiques qui reposent sur un aller-retour entre le terrain et les données récoltées. L’enquête de terrain s’amorce par le repérage des usages agricoles de l’espace métropolitain sur vues aériennes et par l’identification de pratiques d’agriculture urbaine dans un corpus bibliographique dédié à Metro Manila. L’observation directe et l’observation participante sont mobilisées en phase exploratoire pour stabiliser les repérages et accéder aux familles en « terrain sensible ». Des entretiens compréhensifs inspirés du récit de vie sont recueillis par passages répétés avec plusieurs membres de la famille. Des entretiens semi-directifs sont conduits avec des acteurs publics et de la société civile.

  • Titre traduit

    From the city to the land : city-dwellers trajectory from the interstices of urban farming in Metro Manila


  • Résumé

    This thesis analyzes interstitial urban agriculture through its forms and actors, in the fragmented city of Metro Manila in the Philippines, which is characterized by a wide disadvantaged population and an ultra-dense urban environment. The research problem is to understand the involvement of families and inhabitants in intra-urban agriculture, in the field of Social Geography, which aim is built on analyzing actors’ practices and representations toward the space. The inhabitant scale is seized within the family dynamic.Considering urban dynamics and systems of actors involved allows to introduce a typology of the interstitial forms of urban agriculture in Manila metropolitan area: an emerging aboveground farming carried by “organizational actors” and a spontaneous family open-field urban farming, which is distinguished according to its residual or resurgent position within the metropolitan dynamics.Postulating the intrinsic and forgotten spatial dimension of the notion of involvement, the thesis introduces a situational definition according to dwelling. The approach highlights the importance of considering the families practices, objectives and projects related to their involvement in urban agriculture. The notion of tactics is mobilized referencing to the daily diversionary practices and endeavors to counteract the poverty determinism emphasizing the capacity of being actor as vulnerable families.The challenge is to identify the involvement tactics of family in urban agriculture based on their complex practices to access resources. In a rather non-formal context, where material resources are scarce, the involvement of families and inhabitants in urban agriculture is based on a combination of socio-spatial, economic and political tactics to access the land and other everyday life resources.Using a diachronic approach, involvement tactics of families in urban agriculture are considered within their life pathways pointing both the settlement in urban agriculture as process and the everyday living through urban agriculture in the city. The involvement of families in urban agriculture means a better living, improving both their poverty situations and quality of life, but does not secure their Right to the city.The methodology is qualitative and mobilizes a battery of anthropo-geographic tools relying on round trip between the field and the data collected. The launch of the field survey identifies urban agriculture land use in the metropolitan area on aerial views and urban farming practices quoted in the bibliography. Direct observation and participatory observation are mobilized during the exploratory phase in order to stabilize the detection and to allow the field survey to reach families, living on “sensitive urban areas”. Then, comprehensive interviews inspired from life stories interview method are collected by repeated meeting with the members of the family. Semi-structured interviews are conducted with public and civil society actors.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.