Le français, langue d'« intégration » des adultes migrant·e·s allophones ? : rapports de pouvoir et mises en sens d'un lexème polémique dans le champ de la formation linguistique

par Maude Vadot

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Jean-Marie Prieur.

Soutenue le 13-12-2017

à Montpellier 3 , dans le cadre de Langues, Littératures, Cultures, Civilisations , en partenariat avec DIPRALANG : Laboratoire de linguistique diachronique de sociolinguistique et de didactique des langues (laboratoire) et de Laboratoire de linguistique diachronique- de sociolinguistique et de didactique des langues / DIPRALANG (laboratoire) .

Le président du jury était Bruno Maurer.

Le jury était composé de Alice Krieg.

Les rapporteurs étaient Julien Longhi, Alexandre Duchêne.


  • Résumé

    D'abord constitué à partir d'initiatives associatives, le champ de la formation linguistique des adultes migrants allophones a fait l'objet, en France, d'un processus d'institutionnalisation et de professionnalisation progressives : la publication du Référentiel Français Langue d'Intégration (FLI), en octobre 2011, en constitue l'étape récente la plus marquante. Elle consacre par ailleurs un choix nominatif : l’emploi et la prescription de l'un ou l'autre des lexèmes du paradigme « insertion-intégration-assimilation » fait en effet l'objet, depuis les années 1980, d'une querelle de mots durable au sein des discours politiques et ordinaires.Considérant que le débat autour des nominations du processus de rencontre migrants-société ressurgit à intervalles réguliers, et informe de multiples domaines sociaux, mes recherches visent à éclairer les usages des lexèmes incriminés – et ce notamment au sein du domaine institutionnel et professionnel de la formation linguistique des migrants, dont la présente thèse circonscrit en outre la structuration et la professionnalisation actuelles.A partir de trois sous-ensembles discursifs, dont les locuteurs illustrent des positions sociales distinctes (lexicographes, experts institutionnels, formateurs et formatrices linguistiques professionnels), je m’attache à mettre en évidence les caractéristiques de la saisie sémantique des lexèmes du paradigme. Les outils conceptuels mobilisés sont ceux de l’analyse du discours. Il s'agit d'une part d'identifier, par une analyse de discours à entrée lexicale qui tient compte des caractéristiques des usages réels des lexèmes, des éléments de mise en sens de ces derniers : je repère ainsi des oppositions sémantiques structurantes, mais aussi des zones d'opacité qui favorisent les conflits sémantiques. J'élargis d'autre part l'analyse en tenant compte des spécificités de chacun des sous-corpus, qui ressortissent de genres discursifs distincts, construisant et témoignant de rapports de pouvoir au sein du champ.La thèse pose ainsi de solides bases pour une problématisation du domaine de la formation linguistique des adultes migrants allophones, tant du point de vue de sa structuration et des orientations fixées par l'État, que des besoins qui ressortent des discours des formateurs et formatrices en termes de formation initiale et continue.

  • Titre traduit

    French, a Language of “Integration” for Allophone Adult Migrants? : power Relationships and Construction of Meaning in the Field of Language Education


  • Résumé

    Originating from grassroots initiatives, the field of language education for allophone adult migrants has progressively become, in France, more institutionalized and professionalized. Perhaps the most striking recent development in this process is the publication of the French as a Language of Integration reference document (Référentiel Français Langue d’Intégration—FLI) in October 2011. Indeed, the use or non-use of one or another of the lexemes of the “insertion-integration-assimilation” paradigm has been subject to debate within political and everyday discourse since the 1980s. The designation of one of these lexemes thus constitutes a clear statement.Considering the regularly reoccurring debate over the naming of the process by which migrants and society interact, which appertains to various social domains, my research aims at shedding light on the uses of the forementioned paradigm’s lexemes, especially within the institutionalized and professionalized field of migrant language education. My thesis also aims at defining this field’s current organizational and professional structures.From three discursive subgroups, whose speakers occupy distinct social positions (lexicographers, institutional experts, professional language educators), I will highlight the characteristics of their diverse semantic understandings of the paradigm’s lexemes. Notably, the conceptual tools used to conduct my study will be those of discourse analysis. On one side, through lexical discourse analysis that takes into account the characteristics of the studied actors’ real uses of the paradigm’s lexemes, I will identify elements of meaning construction, thereby bringing to light the resulting structuring semantic oppositions and grey areas favouring the emergence of semantic conflicts. On the other hand, I will broaden my analysis to take into account each subgroup’s specificities, which are based on distinct discursive genres, constructing and testifying to the power relationships at play within the field.This thesis therefore lays the foundation for a problematization of the field of allophone migrant language education, both from the point of view of its organization and orientations set by the State as well as that of the needs which emerge from the discourse of educators in terms of initial and continuing education.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.