Les circuits vivriers du corridor Ouagadougou-Accra : conditions d’un développement inclusif

par Gabriel Poujol

Thèse de doctorat en Geographie et aménagement de l'espace

Sous la direction de Jacques Imbernon et de Frédéric Lançon.

Soutenue le 06-12-2017

à Montpellier 3 , dans le cadre de Territoires, Temps, Sociétés et Développement , en partenariat avec Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale (Montpellier) (laboratoire) et de Acteurs- Ressources et Territoires dans le Développement / ART-Dev (laboratoire) .

Le président du jury était Jérôme Lombard.

Le jury était composé de Thierry Joliveau, Sophie Masson.

Les rapporteurs étaient Paule Moustier, Didier Plat.


  • Résumé

    Depuis la colonisation, les corridors de transport ouest-africains ont inscrit dans l’espace une dépendance économique pénalisante vis à vis de l'extérieur. Les importations massives de produits manufacturés ne sont pas compensées par l'export de matières premières. Le marché africain n'est pas encore le marché des africains et cela freine globalement le développement global des territoires. Dans le corridor de transport reliant Ouagadougou à Accra, Afrique de l’Ouest, les défis de l'intégration régionale et de la sécurité alimentaire se cristallisent dans les circuits vivriers marchands. Les échanges qui s’y déroulent cadencent la mobilité des denrées entre les lieux. Dans l’espace constitué par le Burkina Faso et le Ghana, caractérisé par un gradient écologique entre le sahel et la côte qui différencie fortement les potentialités agricoles, la thèse met en perspective ces défis avec le développement des territoires. Elle analyse le potentiel inclusif des circuits vivriers marchands à travers l’exemple de l’igname, du maïs et du niébé dans le corridor qui relie Ouagadougou à Accra. Après une analyse des pratiques transactionnelles de ces circuits à partir d’enquêtes réalisées auprès des commerçants et transporteurs sur le terrain, nous simulons les échanges potentiels à l’aide d’un modèle gravitaire en nous appuyant sur des données relatives à la production, au commerce, et à la consommation mais aussi à l’accessibilité routière de l’espace. Entre le disponible alimentaire et la demande des ménages, localiser ces échanges et leurs parcours questionne l’articulation des échelles du commerce vivrier, et la complémentarité des lieux et des activités au regard des liens entre agriculture, commerce et transport identifiés comme porteurs d’un développement spatialement inclusif. Dans un contexte de villes secondaires, de marges et de frontière, notre approche explore les interactions spatiales entre zones excédentaires et déficitaires dans le but de proposer des recommandations techniques à portée opérationnelle et politique pour contribuer à la réflexion sur l’intégration régionale et la sécurité alimentaire.

  • Titre traduit

    Staple food circuits in the Ouagadougou-Accra corridor : conditions of an inclusive development ?


  • Résumé

    Since colonization, West African transport corridors drew an economic dependence on space towards global market. Massive imports of manufactured goods are not balanced by the export of raw materials. The African market is not yet the market for Africans and this generally hampers territorial development. In the transport corridor between Ouagadougou and Accra, in West Africa, the challenges of regional integration and food security are crystallizing in the staple food circuits. The exchanges that take place there regulate the mobility of foodstuffs between places. In the space constituted by Burkina Faso and Ghana, characterized by an ecological gradient between the Sahel and the coast that strongly differentiates agricultural potentialities, the thesis puts these challenges in perspective with territorial development. She analyzes the inclusive potential of merchant staple food circuits through the example of yam, maize and cowpea in the corridor that connects Ouagadougou to Accra. After analyzing the transactional practices of these circuits based on surveys carried out with traders and transporters in the field, we simulate potential exchanges using a gravity model based on data relating to production, commerce, and consumption, but also to road accessibility of space. Between food availability and household demand, locating these exchanges and their paths questions the articulation of the food trade scales and the complementarity of places and activities with regard to the links between agriculture, trade and transport identified as carriers of spatially inclusive development. In a context of secondary cities, margins and borders, our approach explores the spatial interactions between surplus and deficit areas in order to propose technical recommendations with operational and political scope to contribute to the reflection on regional integration and security food.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.