Le voyage en Chine de Tel Quel et de Roland Barthes (1974). Enjeux, embûches, enseignements

par Qingya Meng

Thèse de doctorat en LITTERATURES FRANCAISES, COMPAREES spécialité Littérature française

Sous la direction de Renée Ventresque.

Soutenue le 08-12-2017

à Montpellier 3 , dans le cadre de Langues, Littératures, Cultures, Civilisations , en partenariat avec RIRRA 21 - Représenter / Inventer la Réalité du Romantisme à l'Aube du XXIe siècle (laboratoire) et de Représenter- Inventer la Réalité du Romantisme à l'Aube du XXIe siècle / RIRRA 21 (laboratoire) .

Le président du jury était Yvan Daniel.

Le jury était composé de Evelyne Lloze, Gérard Siary.

Les rapporteurs étaient Béatrice Bonhomme.


  • Résumé

    La thèse est consacrée au voyage en Chine (1974) de Philippe Sollers, Julia Kristeva et Marcelin Pleynet, représentants de la revue Tel Quel, avec Roland Barthes et son éditeur François Wahl. La question principale porte sur l’hétérogénéité des textes rédigés à propos de leur séjour au pays de Mao en pleine Révolution culturelle. Les publications correspondent à différents genres textuels : essais, romans, chroniques du journal, articles de presse et carnets de voyage. Avant le départ, les écrivains fantasment sur la Chine ancienne et contemporaine. C’est ce qui fait l’objet de la première partie de la thèse. Dans la seconde partie, il s’agit d’interroger les textes du corpus qui mettent en lumière les difficultés liées à l’idéologie imposée et vécue par les auteurs pour rendre compte du réel en Chine. La troisième partie portant sur les enseignements du voyage montre que ce dernier réapparaît sous forme de souvenirs inoubliables dans plusieurs textes des écrivains. Plus on s’éloigne de 1974, et plus la mémoire individuelle réactive de façon aléatoire le temps du voyage. Pour Barthes, il s’agit de savoir comment il a vécu la Chine, pourquoi il a gardé le silence à son retour, pourquoi il n’a pas cherché à publier les carnets de notes rapportés de son séjour. La thèse s’achève sur une lecture inédite des œuvres du corpus à travers un mot clé « la fadeur de la Chine ». Cette image est la plus vraie pour décrire l’Empire du Milieu mais elle n’est pas celle que les voyageurs s’attendaient à rencontrer.

  • Titre traduit

    Tel Quel and Roland Barthes's trip to China (1974). Challenges, obstacles, lessons


  • Résumé

    This thesis is devoted to the trip to China made by Philippe Sollers, Julia Kristeva, Marcelin Pleynet, Roland Barthes and François Wahl in 1974. This study mainly concerns the heterogeneity of all the publications about their stay in Mao’s country in full Cultural Revolution, including essays, novels, travel journal, press articles and travel notes. In the first part of the study, we seek to understand how the members of the literary magazine Tel Quel dreamed to China, which they considered to be both ancient and modern before the travel. In the second part, we examine each text of the corpus to see the difficulties faced by the authors when they tried to account for the real China, including the imposed ideology. In the third part, we aim to ask how the trip in Communist China becomes an unforgettable memory in these travelers’ text. The more time goes by, the more travel memories reappear. In addition, we study Barthes to understand how he lived during his stay in China, why he kept silent after he returned, and why he didn't publish his notebooks of the trip before his death. At the end of the thesis, the unprecedented reading of texts of the corpus presents a key-word, the “insipidity of China”, a metaphor that is most trued to describe the middle Empire.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.