Mesurer les musiques pour parler du passé : la comparaison des musiques du Gabon comme source d'informations historiques

par Jérémy Gardent

Thèse de doctorat en Evolution culturelle

Sous la direction de Evelyne Heyer et de Sylvie Le Bomin.

Soutenue le 30-06-2017

à Paris, Muséum national d'histoire naturelle , dans le cadre de École doctorale Sciences de la nature et de l'Homme. Évolution et écologie (Paris) , en partenariat avec Éco-Anthropologie et Ethnobiologie (Paris) (laboratoire) et de UMR7206- Eco-Anthropologie et Ethnobiologie (EAE) (laboratoire) .


  • Résumé

    Les musiques du Gabon semblent se distinguer par certains aspects importants des autres musiques d'Afrique centrale, en particulier du Cameroun et de Centrafrique. Cette singularité pourrait être liée à l'histoire complexe des populations de cette région. L'histoire de ces musiques, aujourd'hui presque inconnue, pourrait aider à mieux comprendre celle des personnes qui les pratiquent. Cette thèse explore l'utilisation des méthodes d'inférence historique, développées parallèlement en philologie, en systématique biologique et en linguistique historique afin de retrouver l'histoire des musiques et des populations. J'étudie un jeu de données obtenu par l'analyse (via les outils de la systématique musicale) de près de 200 pièces voco-instrumentales collectées dans une vingtaine de populations provenant de différentes régions du Gabon. Cette recherche nourrit des questionnements empiriques et théoriques concernant l'usage de la musique comme source historique, mais aussi sur la pratique de l'interdisciplinarité.

  • Titre traduit

    Measuring music to grasp the past : a formal comparison of Gabonese music as a way of inferring historical information


  • Résumé

    Gabonese music differs in several important ways from other Central African musics, especially music from Cameroon and Central African Republic. This could be due to the complex history of populations in this area. The history of these musics, almost unknown up to now, could help better understand the history of the people playing them. This thesis investigates the use of historical inference methods, indepndently developed in philology, in biological systematics and in historical linguistics, in order to discover the history of musics and populations. I analyse a dataset obtained through the analysis (thanks to the tools of musical systematics) of almost 200 voco-instrumental pieces collected in 20 different populations from various regions of Gabon. This investigation raises interesting empirical and theoretical questions concerning the use of music as historical source, but also concerning the practice of interdisciplinarity.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.