Analyse de la phonologie du bribri (chibcha) dans une perspective typologique : nasalité et géminée modulée

par Natacha Chevrier

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Gérard Philippson et de Sophie Manus.

Soutenue le 26-04-2017

à Lyon , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique, arts (Lyon) , en partenariat avec Laboratoire Dynamique Du Langage (laboratoire) , Université Lumière (Lyon) (établissement opérateur d'inscription) et de Dynamique Du Langage / DDL (laboratoire) .

Le président du jury était Colette Grinevald.

Le jury était composé de Carlos Sanchez Avendano.

Les rapporteurs étaient Ian Maddieson, Leo Wetzels.


  • Résumé

    Le bribri est une langue chibcha parlée au Costa Rica (Amérique Centrale). Les langues chibcha représentent la principale famille de l’Aire Intermédiaire (Constenla 1991), qui relie la Mesoamérique aux zones amazonienne et andine. Ce sont cependant toutes des langues en danger, encore relativement peu décrites.Cette thèse est une analyse de la phonologie du bribri (Schlabach 1974 ; Wilson 1974 ; Constenla 1981 ; Jara 2004), problématisée autour de ses caractéristiques typologiques :(i) Le système nasal : le bribri fait partie des rares langues du monde dans lesquelles la nasalité n’est pas distinctive pour les consonnes. Les consonnes nasales présentes dans l’output sont le résultat d’harmonies nasales (Cohn 1993 ; Walker 1998, 2001) et d’hypervoisement par abaissement du voile du palais (Iverson & Salmons 1996 ; Solé 2009). Alors que le premier processus avait en partie été décrit pour le bribri (Wilson 1970 ; Constenla 1982, 1985 ; Tohsaku 1987), le second n’avait pas encore été identifié.(ii) La consonne /tk/ : une unité distinctive, combinant deux lieux, sans pour autant être une consonne doublement articulée, contrairement à ce qui avait précédemment été décrit (Lehmann 1920 ; Schlabach 1974 ; Wilson 1974 ; Constenla 1981 ; Jara 2004). Je propose de l’analyser comme une géminée modulée (contour segment, Sagey 1990).La présente étude s’inscrit dans la lignée des travaux qui considèrent que les structures phonologiques doivent être expliquées par des contraintes phonétiques, comme les travaux précurseurs d’Ohala (1975, 1981, 1983). J’utilise plus particulièrement le modèle de la Phonologie Articulatoire (Browman & Goldstein 1986, 1989). Les analyses s’appuient sur des données acoustiques, récoltées dans deux communautés bribri entre 2012 et 2014 (Bajo Coen - Coroma et Amubre).En plus d’une démarche typologique et phonétique, j’adopte une approche dialectale et diachronique, afin de mieux appréhender le système phonologique de la langue.

  • Titre traduit

    Analysis of Bribri phonology (Chibchan) in a typological perspective : nasality and the contour geminate consonant


  • Résumé

    Bribri is a Chibchan language spoken in Costa Rica (Central America). Chibchan languages form the main family of the Intermediate Area (Constenla 1991), which links Mesoamerica to the Amazonian and the Andean regions. All of them are endangered and are still under described.This dissertation provides an analysis of Bribri phonology (Schlabach 1974; Wilson 1974; Constenla 1981; Jara 2004) problematized according to its typological characteristics:(i) The nasal system: Bribri is among the few languages in the world to lack distinctive nasal consonants. The nasal consonants present in the output result from nasal harmony (Cohn 1993; Walker 1998, 2001) and hypervoicing through velopharyngeal opening (Iverson & Salmons 1996; Solé 2009). While the first process has been partially described for Bribri (Wilson 1970; Constenla 1982, 1985; Tohsaku 1987), the second has not been individuated in the language.(ii) The consonant /tk/: the consonant /tk/ is a distinctive unit which combines two places of articulation. Contrary to what has been previously described (Lehmann 1920; Schlabach 1974; Wilson 1974; Constenla 1981; Jara 2004), it is not a doubly articulated consonant. I propose to analyse it as a contour geminate consonant (based on the concept of contour segment, Sagey 1990).Following Ohala’s pioneering work (1975, 1981, 1983), this work is based on the assumption that phonological structures must be explained by phonetic constraints. More specifically, I use the Articulatory Phonology frame (Browman & Goldstein 1986, 1989). The analysis is based on acoustic data collected among two Bribri communities, between 2012 and 2014 (Bajo Coen - Coroma and Amubre).Along the typological and phonetic approach, I have adopted a dialectal and diachronical point of view to better capture the phonological system of the language.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.