La possibilité socio-culturelle d’apparition de l’autofiction : étude comparée en France et en Iran

par Khadijeh Seid Mohammadi

Thèse de doctorat en Langues, Littératures et Civilisations

Sous la direction de Sylvie Camet.

Soutenue le 21-12-2017

à l'Université de Lorraine , dans le cadre de École doctorale SLTC - Sociétés, Langages, Temps, Connaissances (Lorraine) , en partenariat avec Littérature- Imaginaire- Sociétés / LIS (laboratoire) .

Le président du jury était Véronique Montémont.

Le jury était composé de Sylvie Camet, Thanh-Vân Ton-That, Seyyed Rouhollah Hosseini.

Les rapporteurs étaient Thanh-Vân Ton-That, Seyyed Rouhollah Hosseini.


  • Résumé

    L’autofiction terme inventé par Serge Doubrovsky en 1979 dans son roman Fils est une catégorie de l’écriture de soi qui connaît une vogue en Occident. En particulier, en France, de nombreux écrivains ont pratiqué et pratiquent encore ce type d’écriture en décrivant des éléments de leur vie personnelle et en dévoilant, souvent profondément, leur intimité. En revanche, en Iran, si l’écriture de soi a commencé à se développer à partir de la fin du XIXème Siècle et s’est renforcée dans les années 1990, en mélangeant la fiction et la réalité, l’autofiction n’est pas pratiquée de manière aussi intense qu’en France en raison de la société holiste, où l’individu n’est pas encore parvenu à acquérir sa pleine autonomie et une totale liberté. Cette thèse examine les romans de quatre écrivains iraniens écrits entre les années quatre-vingt-dix et deux mille dix, portant sur la société plutôt que sur leur vie personnelle, en prenant pour modèle deux écrivains français récents. Ce travail s’appuie également sur des théoriciens français à partir du dernier tiers du XXème siècle qui décrivent les bases de l’écriture de soi de l’autobiographie et de l’autofiction, comme par exemple Philippe Lejeune et Serge Doubrovsky

  • Titre traduit

    The socio-cultural possibility of appearance of autofiction : a comparative study between France and Iran


  • Résumé

    The term autofiction invented by Serge Doubrovsky in 1979 in his novel Son is a category of self-writing that is popular in the West. In particular, in France, many writers have practiced and still practice this type of writing by describing elements of their personal life and revealing, often deeply, their intimacy. On the other hand, in Iran, although self-writing began to develop from the end of the 19th century and grew stronger in the 1990, by mixing fiction and reality, autofiction is not practiced as intensely as in France because of holistic society, where the individual has not yet managed to acquire full autonomy and complete freedom. This thesis examines the novels of four Iranian writers written between the nineties and two thousand and ten, on the subject of society rather than their personal life, taking as their model two recent French writers. This work also relies on French theorists from the last third of the 20th century who describe the basics of self-writing autobiography and autofiction, such as Philippe Lejeune and Serge Doubrovsky

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.