Activité physique, sédentarité, inégalités sociales, surpoids et obésité à l’adolescence : contribution de PRALIMAP et PRALIMAP-INÈS, recherches interventionnelles en milieu scolaire

par Johanne Langlois

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Anne Vuillemin et de Edith Lecomte.

Le président du jury était William Dab.

Le jury était composé de Laurent Beghin, Gilles Vieille Marchiset, Serge Briançon, Pierre Lombrail, Françoise Narring.

Les rapporteurs étaient Laurent Beghin, Gilles Vieille Marchiset.


  • Résumé

    Contexte : Chez les adolescents, les différences sociales dans les pratiques d’activité physique (AP) et les comportements sédentaires restent peu expliquées. Les interventions universelles proportionnées visant la réduction des inégalités sociales chez les adolescents en situation de surpoids/obésité sont rares. Objectifs : Explorer les relations entre l’AP, la sédentarité, les facteurs sociaux, familiaux et scolaires chez les adolescents. Quatre axes de recherche ont été définis : identification des facteurs associés à l'AP et à la sédentarité, étude de la participation des adolescents en situation de surpoids/obésité socialement moins favorisés à une intervention universelle proportionnée en milieu scolaire, analyse de la perception des adolescents de leurs pratiques et évaluation de l'efficacité de l'intervention. Méthodes : Ces travaux sont issus d’essais en milieu scolaire : PRALIMAP (PRomotion de l'ALIMentation et de l'Activité Physique) et PRALIMAP-INÈS (INÈgalité de Santé). Le questionnaire international d’AP (IPAQ) a été utilisé pour mesurer l’AP et la sédentarité. Le niveau social a été défini à partir des catégories socioprofessionnelles et de l’échelle d’aisance familiale (FAS). Des entretiens individuels ont permis le recueil des perceptions. Des régressions logistiques ont été réalisées. Résultats : L'AP était dépendante des caractéristiques sociales, familiales et scolaires. La dépense énergétique totale n’était pas suffisante pour identifier les différences sociales en AP. Les freins perçus à la pratique d’AP étaient majoritairement individuels et étaient différents selon le niveau social et le sexe. Une intervention universelle proportionnée en milieu scolaire a permis la mobilisation de ces adolescents et de réduire les inégalités sociales d’AP. Conclusion : Ces travaux soulignent l’importance de la mise en œuvre en milieu scolaire d’actions spécifiques en AP pour les adolescents en situation de surpoids/obésité socialement moins favorisés

  • Titre traduit

    Physical activity, sedentary behaviour, social inequalities, overweight and obesity in adolescence : contribution of PRALIMAP and PRALIMAP-INÈS, interventional research in schools


  • Résumé

    Background: Among adolescents, social differences in physical activity (PA) and sedentary behaviour (SB) are seldom explained. Proportionate universal interventions aimed at reducing social inequalities among overweight adolescents are uncommon. Objectives: To explore correlations between PA, SB, social, family and school-related factors among adolescents. Four research topics were elaborated: identifying factors associated with PA and SB, analysing socially less-advantaged overweight adolescents’ participation in a proportionate universal school intervention, analysing adolescents' perceptions of their PA practice, and evaluating the effectiveness of this intervention. Methods: This work is the result of two trials in the school setting: (PRomotion de l'ALIMentation et de l'Activité Physique) and PRALIMAP-INÈS (INÈgalité de Santé). The International PA Questionnaire (IPAQ) was used to measure PA and SB. Social status was defined according to socio-professional categories and the family affluence scale (FAS). Data on perceptions was collected from individual interviews. Individual interviews allowed data collection of perceptions. Logistic regressions were also carried out. Results: PA was dependent on social, family and school-related characteristics. Total energy expenditure was not sufficient to identify social differences in PA. The perceived barriers to PA practice were mostly individual and were different according to social status and gender. The proportionate universal intervention in schools successfully engaged these adolescents and reduced social inequalities related to PA. Conclusion: This work emphasises the importance of implementing specific activities in PA for socially less advantaged overweight adolescents

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.