Metz, une ville fortifiée : étude des comptes des gouverneurs des murs de la ville (1463-1543)

par Mylène Didiot

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Frédérique Lachaud et de Gérard Giuliato.

Soutenue le 28-10-2017

à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Fernand Braudel (Nancy-Metz) , en partenariat avec Centre régional universitaire lorrain d'histoire (laboratoire) .

Le président du jury était Xavier Hélary.

Le jury était composé de Frédérique Lachaud, Gérard Giuliato, Olivier Richard, Anne Baud.

Les rapporteurs étaient Olivier Richard.


  • Résumé

    Metz au Moyen Âge est une cité qui a progressivement su s’affranchir de la tutelle impériale. L’âge d’or de la ville correspond à cette conquête de l’autonomie urbaine. Dès le XIIIe siècle, la République messine est instituée et s’organise comme un véritable État, riche et puissant. La ville attise alors la convoitise de ses voisins et doit se protéger. Devenues trop étroites, les anciennes fortifications sont remplacées par une nouvelle enceinte de plus de cinq kilomètres de long. Elle est édifiée entre le XIIIe et le XIVe siècle. Une administration dévolue à la construction et à l’entretien des remparts est alors mise en place. Rédigés sur des parchemins jusqu’au XVIe siècle, les « comptes des Gouverneurs des Murs » de la ville de Metz témoignent de la nature, du coût et du déroulement des différents travaux effectués sur l’enceinte. Ce travail de thèse se propose d’analyser cette comptabilité en mettant en évidence la complexité de cette administration. Il sera question d’étudier la provenance et l’utilisation des fonds et de démontrer le rôle prépondérant joué par les hommes de la ville. Tous ont contribué à l’édifice, qu’ils soient ouvriers, artisans, corvéables ou seigneurs. L’étude de la nature et de l’utilisation des matériaux ne sera pas en reste et mettra en évidence l’évolution des techniques de fortifications et d’armement. La retranscription et l’analyse de ces comptes, jusqu’ici relativement négligés par la recherche historique, ainsi que l’étude des chroniques de l’époque permettra de compléter notre connaissance de l’enceinte messine

  • Titre traduit

    Metz, a walled city : a study of the accounts of governors of the city walls (1463-1543)


  • Résumé

    Metz in the Middle Ages is a city that gradually managed to free itself from imperial tutelage. The Golden Age of the city corresponds to this conquest of urban autonomy. As early as the thirteenth century, a republic was established and organized as a real, rich and powerful state. The city then fuels the lust of its neighbors and must protect itself. The old fortifications, too narrow, were replaced by a new enclosure more than five kilometers long. It is built between the thirteenth and fourteenth centuries. An administration devoted to the construction and maintenance of the ramparts is then put in place. Written on parchment until the sixteenth century, the « counts of the Governors of the Walls » of the city of Metz testify to the nature, the cost and the progress of the various works carried out on the enclosure. This thesis proposes to analyze this accounting by highlighting the complexity of this administration. It will be a question of studying the provenance and use of the funds and of demonstrating the preponderant role played by the men of the city. All contributed to the edifice, whether they were workers, craftsmen, corvees or lords. The study of the nature and use of materials will not be left out and will show the evolution of the techniques of fortifications and armaments. The transcription and analysis of these accounts, so far relatively neglected by historical research and the study of the chronicles of the time, will complement our knowledge of the Metz enclosure

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. BU Ingénieurs.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.