Établissement d’une cohorte de patientes ayant consulté à l’Institut de Cancérologie de Lorraine et porteuses de la mutation BRCA1-3600del11 : étude descriptive des caractéristiques cliniques et anatomo-pathologiques des cancers du sein et de l’ovaire dans cette cohorte : mise en évidence d’un phénomène d’anticipation génétique dans 38 paires mères-filles atteintes de cancer du sein ou de l’ovaire

par Rachelle El Tannouri

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Elisabeth Luporsi et de Eliane Albuisson.

Le président du jury était Philippe Jonveaux.

Le jury était composé de Christine Maugard, Jean-Pierre Bellocq, Françoise Clavel-Chapelon.

Les rapporteurs étaient Christine Maugard, Jean-Pierre Bellocq.


  • Résumé

    Contexte: La grande majorité des mutations délétères identifiées sur le gène BRCA1 sont des mutations « privées ». Cependant, certaines d’entre elles proviennent d’un ancêtre commun, à l’origine d’un effet fondateur. Ainsi, la mutation BRCA1-3600del11 (c.3481_3491del11, p.Glu1161Phefs*3) est localisée en France pour 82% des familles porteuses et 85% d’entre elles sont originaires du quart Nord-Est. En 2006, cette mutation représentait respectivement 51,5% et 42,0% de toutes les mutations du gène BRCA1 identifiées dans les familles lorraines et alsaciennes atteintes d’un cancer du sein et/ou de l’ovaire. En 2004, parmi les 27 cas-index ayant consulté en Alsace et présentant une mutation de BRCA1, 37% sont porteurs de cette mutation, tous issus de familles originaires des Vosges, suggérant l’existence d’un effet fondateur. L’identification d’un haplotype commun est venue confirmer l’existence de cette hypothèse. Une équipe alsacienne a mentionné dans deux publications en 2000 et 2004 sur la mise en évidence de la mutation 3600del11 que les caractéristiques des cancers associés à cette mutation, ne plaidaient pas en faveur d’une relation génotype-phénotype. Or, les caractéristiques anatomo-pathologiques des cancers associés à cette mutation n’ont pas été abordées par ces deux publications. Nous nous sommes alors posés la question de caractéristiques anatomo-pathologiques particulières des cancers du sein et des cancers de l’ovaire diagnostiqués chez les femmes porteuses de cette mutation dans notre région. Nous nous sommes également posés la question de l’existence d’un phénomène d’anticipation génétique dans ces familles. L’anticipation génétique est la survenue plus précoce d’une pathologie et/ou l’aggravation de ses signes cliniques lors de la transmission d’une mutation d’une génération à la suivante au sein d’une même famille. Très peu d’études ont cherché à mettre en évidence ce phénomène d’anticipation dans des cohortes issues de familles de syndrome sein-ovaire associées à une mutation de BRCA1 ou BRCA2. Les études publiées présentaient des biais de sélection du fait de l’inclusion de patients non testés dans leur analyse. Les études publiées sur des cohortes issues de familles présentant une mutation sur le gène BRCA1/2 suggéraient que le dépistage ciblé et l’excès de surveillance pourraient avoir une influence sur l’âge au diagnostic d’un cancer du sein chez les jeunes femmes incluses.Les améliorations majeures au niveau de la mammographie et du traitement du cancer du sein, de même que le programme de dépistage organisé pour les femmes de 50 ans et plus sont apparues en France, après 1980. A notre connaissance, à ce jour, aucune étude n’a été réalisée en France visant à identifier un phénomène d’anticipation génétique dans les familles associées à une mutation sur BRCA1ou BRCA2 et à analyser ce phénomène.Objectif: Notre premier objectif est de constituer une première cohorte lorraine de patientes porteuses de la mutation 3600del11 et d’analyser les caractéristiques anatomo-pathologiques des cancers du sein et de l’ovaire liés à cette mutation. Notre deuxième objectif rechercher l’existence d’une anticipation génétique dans des familles présentant la mutation fondatrice BRCA1-3600del11.Patientes: Quatre cent quatre patientes sont porteuses d’une mutation BRCA1 à l’Institut de Cancérologie de Lorraine (ICL) sur la période s’étendant de 1994 à 2012, parmi elles, nous avons identifié les patientes porteuses de la mutation BRCA1-3600del11. Nous avons identifié à l’Institut de Cancérologie de Lorraine, 38 paires mères-filles atteintes d’un cancer du sein ou de l’ovaire issues de 37 familles présentant le syndrome sein-ovaire associé à cette mutation dont 25 paires mères-filles atteintes d’un cancer du sein et 13 paires mères-filles atteintes d’un cancer de l’ovaire [...]

  • Titre traduit

    Tumor profile of breast and ovarian cancer patients carrying the germline 3600del11 BRCA1 mutation in Lorraine and genetic anticipation in 38 breast and/or ovarian cancer families with the germline 3600del11 BRCA1 mutation


  • Résumé

    Introduction: Over 1000 alterations in the BRCA1 gene have been documented. Most of these are frameshifts and ~10% are missense mutations that generate stop codons leading to a truncated and therefore inactive BRCA1 protein. In the French population, prevalence of BRCA1 mutations has been reported in few studies; In a preliminary study of 14 breast and/or ovarian cancer families, a frequent BRCA1 mutation was detected in five unrelated families; the c.3481_3491del11 mutation (BIC: 3600del11), an 11 base-pair deletion in exon 11 leading to a premature stop codon at 1165. In a second study carried out in 2004 involving 27 index cases, the c.3481_3491del11 mutation accounted for 37%. The haplotype analysis of the families carrying the mutation c.3481_3491del11, all originating from Alsace-Lorraine (North-East of France), revealed the presence of a common allele, indicating a founder effect. Purpose: To an attempt to better define the clinical and pathologic characteristics of breast and ovarian cancer related with the 3600del11 BRCA1 mutation, we report our experience with breast and ovarian cancer patients carrying the 3600del11 mutation at the Lorraine Oncology Institute in France. The aim of the current analysis is also to evaluate any differences of breast or ovarian cancer age at diagnosis between mothers and daughters carrying the c.3481_3491del11 mutation in the BRCA1 gene.Patients: Within the population who were referred between 1994 and 2012 to our oncogenetic clinic at the Lorraine oncology institute and who underwent genetic testing for BRCA1 and BRCA2, we identified 404 women carrying a BRCA1 mutation. Interestingly, 45% (180 of 404) of women with detected BRCA1 mutation had the germline 3600del11 mutation. These women were members of 89 different families with breast and or ovarian cancer cases. A study cohort of 38 women carrying the c.3481_3491del11 mutation and affected by first breast or ovarian cancer who reported a first breast or ovarian cancer in their mother carrying the c.3481_3491del11 mutation, was identified in 37 different families including members with breast and/or ovarian cancer at the Oncology Institute of Lorraine. Twelve mothers underwent genetic testing. Twenty five pairs of the 38 mothers-daughters pairs with c.3481_3491del11 mutation were affected by breast cancer and 13 pairs by ovarian cancer.Methods: Clinical and genetic data were collected from medical files and family pedigrees. Analyses were conducted for each cancer type. We investigated an early breast cancer detection effect due to early screening programs and also an increased breast tumor aggression. Since major improvements in breast cancer clinical management and imaging techniques appeared after 1980, we compared the age at breast cancer diagnosis and the age at death in mothers and daughters before and after 1980, first, in the group of women including mothers and daughters taken together and then in mothers and daughters separately. Genetic data were retrieved from familial files and clinical and pathological data from medical files. Descriptive statistics for the study population were calculated using the SPSS software (version 20.0). Results: Ninety one patients (71, 7%) were affected by first breast cancer and 31 (24,4%) by ovarian cancer. Breast tumors were identified in 37.4% of cases aged <40 years. Estrogen receptor status and progesterone receptor status were reported to 67 patients. Hormonal receptors status was positive in 31.4% of breast tumors. A triple-negative subtype was found in 21 cases, which accounts for 65.6% of the 32 patients with 3600del11 mutation for whom HER2 status was available. Ovarian tumors of the serous type, which constitute about 71 percent of all epithelial ovarian carcinomas, predominate among patients with 3600del11 mutation. Eighty six per cent of carriers were diagnosed at advanced stages III/IV [...]


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.