La mise en écriture du Nouveau Monde dans Elegías de varones ilustres de Indias de Juan de Castellanos

par Vivian Camargo Cortés

Thèse de doctorat en Langues, littératures et civilisations

Sous la direction de Marie-Sol Ortola.

Soutenue le 11-03-2017

à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Stanislas (Nancy-Metz) , en partenariat avec Littératures, Imaginaire, Sociétés (Nancy) (laboratoire) .

Le président du jury était Fabrice Parisot.

Le jury était composé de María Beatriz Aracil Varón.

Les rapporteurs étaient Isabelle Tauzin, Jean-Marie Lassus.


  • Résumé

    L’irruption du Nouveau Monde dans l’esprit occidental constitue un événement de grande amplitude dans la mesure où il était absent de tout registre historique. Les hommes de lettres, voyageurs et chroniqueurs occidentaux vont interpréter, appréhender et définir cette altérité géographique et humaine en fonction de codes culturels propres du monde occidental aux XVe et XVIe siècles, ce qui leur permettra une appropriation symbolique de l’espace et de la culture de l’autre. La chronique en vers Elegías de varones ilustres, écrite à la fin du XVIe siècle par le curé de la ville de Tunja dans le Nouveau Royaume de Grenade, témoigne de cet effort de mise en écriture d’un monde nouveau dans une époque charnière qui voit naître l’homme et l’État modernes. Le texte de Juan de Castellanos transcrit les enjeux historiques liés à la constitution des nations modernes et du système colonial et au surgissement de l’homme moderne et d’une individualité qui différencie l’homme présent de l’homme passé afin de placer le premier au sommet de la connaissance. Écrire l’histoire est également souligner la place du passé et du présent et prendre conscience du pouvoir que l’homme moderne a pour définir son avenir. La représentation du Nouveau Monde chez Juan de Castellanos reflète également une double appropriation symbolique de l’espace à partir des codes d’écriture propres à son contexte. Son texte transcrit le débat critique qui veut définir et conceptualiser l’écriture historique comme un genre à part entière face à la fiction des novelas. Le texte historico-poétique du curé est le théâtre de cette confrontation qui finira par privilégier la poétisation d’un passé récent, lié aux premières années de la découverte et de la conquête. La représentation des origines et de la découverte du Nouveau Monde devient mythique dans la mesure où elle inaugure une nouvelle étape pour la chrétienté. Quant à l’histoire, elle constituera le cadre idéal pour inscrire les nouveaux peuples et les nouvelles terres dans une démarche colonisatrice en adéquation avec les besoins intégrants de l’Empire Espagnol moderne.

  • Titre traduit

    Writing the New World in Elegías de varones ilustres de Indias by Juan de Castellanos


  • Résumé

    The emergence of the New World into the Western mindset is a major event, principally due to the absence of any historic record. Western intellectuals, travellers and chroniclers have come to interpret, apprehend and define a new geographical and human alterity based in western 15th and 16th century cultural codes, allowing a symbolic appropriation of the space and culture of the “other”. The poetic chronicle Elegías de varones ilustres, written in the late 16th century by a benefice priest from Tunja in the New Kingdom of Granada, is testament to the effort to write about a new world, in a time of transition—at the birth of modern mankind and State. Juan de Castellanos’s text sets out the stakes for the establishment of modern nations and the colonial system, and reflects the surge of modern man and sense of individuality that differentiates modern man from his predecessors. The modern man surpasses the man of the past, by taking on new knowledge of the world as it was. To write history, we need to consider past and present to be aware of modern man’s power to shape his future. The representation of the New World in Juan de Castellanos's work equally reflects a dual symbolic appropriation of space based on cultural codes embedded in their context. Castellano’s book embodies the critical debate that will define and conceptualise historic writing as its own genre, a world away from poetic fiction. Juan de Castellanos’s historic poetry is a battleground that lays the foundations for the poetisation of recent past: the early years of discovering and conquering the New World. The mythification of the New World origins cleared the way for a new stage in Christendom. As history goes, this would constitute the ideal framework to envelop the newly-discovered indigenous people and new lands into a colonisation process that would match the socio-political needs of the modern Spanish empire.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.