Les relations historiques-linguistiques hittito-arméniennes à travers les textes hittiles cunéiformes.

par Aline Housepian

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Isabelle Klock-Fontanille.

Soutenue le 26-09-2017

à Limoges , dans le cadre de École doctorale cognition, comportements, langage(s) - CCL (Poitiers) , en partenariat avec Centre de recherches sémiotiques (laboratoire) .

Le jury était composé de Isabelle Klock-Fontanille, Jean-Pierre Levet, Hrach Martyrosyan, Jan Tavernier.

Les rapporteurs étaient René Lebrun, Aram Kosyan.


  • Résumé

    L’histoire de l’Anatolie « hittite » constitue une page importante de l’histoire du Proche-Orient ancien du deuxième millénaire avant J.-C. Pendant longtemps après la découverte des Hittites la recherche s’était focalisée sur le cœur de l’Empire hittite. Excepté le Sud-Est les zones périphériques sortent peu à peu de l’ombre C’est dans cette perspective que cette thèse s’inscrit : les rapports entre l’empire hittite et les entités politiques situées à l’Est dont le territoire avait été considéré comme le berceau d’un peuple d’origine toujours obscure : les Arméniens.Un certain nombre d’inscriptions cunéiformes hittites ont été étudiés dans le but de trouver des traces des Proto-Arméniens en Anatolie orientale au deuxième millénaire avant J.-C. Notre recherche est donc constituée selon le plan suivant : Dans le cadre du premier chapitre, nous examinerons l’histoire de la philologique régionale, y compris les langues. Nous présenterons les écoles de pensée et les méthodes appliquées par les grands savants occidentaux et soviétiques dès 19ème siècle pour le classement de ces langues « voisines » régionales qui appartiennent pourtant à des familles linguistiques différentes.Dans le cadre du deuxième chapitre, nous étudierons la géographie historique de l’Anatolie orientale (régions mentionnées par les sources hittites et arméniennes), considérées comme le berceau des Arméniens. Le troisième chapitre a été consacré à l’étude comparée du vocabulaire hittito-arménien. Dans le cadre du dernier chapitre (chapitre 4), nous présenterons et étudierons les textes hittites relatifs à l’Anatolie orientale.

  • Titre traduit

    The Hittite-Armenian Historical-linguistic Relations According to the Hittite Cuneiform Texts.


  • Résumé

    The history of 'Hittite' Anatolia is an important part of the history of the ancient Near East of the second millennium B.C.For a long time after the discovery of the Hittites, the research had focused on the heart of the Hittite Empire. With the exception of the Southeast, the peripheral areas gradually emerge from the shadows. It is in this perspective that this thesis takes place: the relations between the Hittite empire and the political entities situated in the East, whose territory had been considered the cradle of a people of obscure origin : the Armenians.A number of Hittite cuneiform inscriptions have been studies with tha aim of finding traces of the Proto-Armenians in Eastern Anatolia in the second millennium B.C.Our research constituted according to the following plan: Within the framework of the first chapter, we will examine the history of regional philology, including languages. We will present the schools of thought and the methods applied by the great Western and Soviet scholars of the 19th century for the classification of these neighboring regional languages which belong to different linguistic families.In the second chapter, we will study the historical geography of Eastern Anatolia (areas mentioned by Hittite and Armenian sources), considered the cradle of the Armenians.The third chapter was devoted to the comparative study of the Hittite-Armenian vocabulary. In the last chapter (chapter 4), we will present and study the Hittite texts relating to Eastern Anatolia.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Bibliothèque électronique). Service Commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.