Procédure budgétaire et gouvernance publique : le cas de Djibouti

par Hassan Dabale

Thèse de doctorat en Science de gestion

Sous la direction de Stéphane Callens.


  • Résumé

    Les procédures budgétaires peuvent être définies par l’ensemble des règles et des méthodes pour l’adoption d’un budget d’un État, d’une collectivité ou des institutions publiques. Le secteur public travail dans l’intérêt général. L’objectif étant de définir les modes de fonctionnements de la procédure budgétaire. Dans le chapitre un, notre objectif était de revisiter les grands concepts qui encadre le secteur public. Ainsi nous avons repris la question de l’intérêt général, la gouvernance publique, l’introduction des outils comptables et des vocables de la performance. Dans le chapitre deux, nous avons étudié en profondeur le concept du budget. Dans ce chapitre, notre objectif est de démontrer l’intérêt et les limites du budget. Nous avons cherché les bases conceptuelles et la méthodologie de la production budgétaire. Nous avons enrichi notre réflexion à travers l’étude de certains pays de l’OCDE. Le chapitre trois, nous nous sommes intéressés plus spécialement à Djibouti car c’est notre terrain d’étude de cas. Aidé de l’étude de l’initiative Africaine concertée sur la réforme budgétaire, notre objectif est de faire une analyse comparative en y intégrant Djibouti pour mettre en évidence les faiblesses institutionnelles dans la procédure budgétaire. Le chapitre quatre est une proposition de modèle budgétaire. Le choix méthodologique de cette nouvelle procédure budgétaire s’inspire de la LOLF. Elle nous a permis de répondre à la problématique de la transparence, de la gouvernance budgétaire mais aussi à la déficience institutionnelle. On a aussi complété notre analyse en proposant la mise en place de contrôle administratif, parlementaire et judiciaire.

  • Titre traduit

    Budgetary procedures and public governance : the case of Djibouti


  • Résumé

    Budgetary procedures are defined by a set of rules and methods related to the adoption of a budget by a state, community or public institution. To the extentthat he public sector works for the public interest, the objective is to define the modes of operation of public sector budgetary procedures. In Chapter One, our aim is to revisit the major concepts that govern the public sector. Thus, we have taken up questions of public interest, public governance, and the introduction of accounting tools and their terms of performance. In chapter two, we studied in depth the concept of a budget. In this second chapter, our goal is to demonstrate the interest and limitations of a budget. We sought the conceptual basis and methodology of budgetary production. We have enriched our thinking through the study of select OECD countries. In chapter three, we have focused on Djibouti as a case study. Assisted by the study of the African Concerted Budget Reform Initiative, our objective is to make a comparative analysis by showcasing Djibouti to highlight institutional weaknesses in the budgetary process. In Chapter four, we propose a financial model. The LOLF inspires the methodological choice of this new budget process. It enables us to respond to issues of transparency, budgetary governance, and institutional deficiencies. We also completed our analysis by proposing the establishment of administrative, parliamentary, and judicial control.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?