"Travayè an larila - Les travailleurs sont dans la rue" : syndicalisme et protestation en Guadeloupe et en Martinique

par Pierre Odin

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Lilian Mathieu et de Justin Daniel.

Le président du jury était Sandrine Revet.

Le jury était composé de Lilian Mathieu, Justin Daniel, Sophie Béroud, Laurent Willemez, Frédérique Matonti.

Les rapporteurs étaient Sophie Béroud, Laurent Willemez.


  • Résumé

    En janvier 2009, une grève générale de 44 jours était déclenchée à l’appel du Liyannaj Kont Pwofitasyon - pour « Unité contre l’exploitation » en Guadeloupe et du Kolectif 5 Févrié - « Collectif du 5 février » en Martinique. Ces deux coalitions menées par des syndicalistes entendaient alors mobiliser la population locale contre la cherté de la vie aux Antilles, en soulignant le caractère inégalitaire et colonial de ce phénomène. La première partie de ce travail entend exposer la genèse du syndicalisme aux Antilles : d’abord, en décrivant l’influence des événements de Mai 68 sur la jeunesse anticolonialiste antillaise ; ensuite, en analysant les trajectoires des militants anticolonialistes qui se sont tourné vers le syndicalisme à la fin des années 1970. La deuxième partie est consacrée à l’encadrement politique des syndicats antillais contemporains, au sein de quatre organisations : l’Union Générale des Travailleurs de la Guadeloupe (UGTG), la Confédération Générale du Travail (CGTG et CGTM) et la Confédération Démocratique des Travailleurs Martinique (CDMT). Plus spécifiquement, il sera ici question de la façon dont l’indépendantisme et les différents courants d’extrême gauche parviennent à imprimer et à maintenir leurs orientations politiques tout en composant avec la diversité des publics auprès desquels interviennent les syndicats. Notre troisième partie revient quant à elle sur la situation de conflit social généralisé qui surgit à la faveur de la grève générale de 2009, en analysant le travail de coalition entre les différents acteurs protestataires, les négociations avec les autorités de l’île et la dynamique de radicalisation du conflit.

  • Titre traduit

    "The workers take the street : labour and contention in Guadeloupe and Martinique


  • Résumé

    In January 2009, a general strike, that would last 44 days, broke out following the call of the Liyannaj Kont Pwofitasyon (“Unite against exploitation”) in Guadeloupe and of the Kolectif 5 Févrié (“Collective of February 5th”) in Martinique. Those two coalitions led by union leaders sought to mobilize the local population against the high cost of living in the Antilles, insisting on the unequal and colonial dimensions of this phenomenon. The first part of this work tackles the genesis of unionism in the Antilles: first by describing the influence of May 1968 events on the anticolonial youth in those islands; then by analyzing the trajectories of the anticolonial activists who turned toward unionism at the end the 1970s. The second part of the dissertation is dedicated to the study of contemporary union’s political culture, throughout the analysis of four organizations: the Union Générale des Travailleurs de la Guadeloupe (UGTG), the Confédération Générale du Travail (CGTG and CGTM), and the Confédération Démocratique des Travailleurs de Martinique (CDMT). More specifically, it will uncover the way separatism and the various branches of the far-left succeed in imposing and maintaining their political options while dealing with the diversity of the constituents that the unions serve. The third part will focus on the situation of widespread social unrest, which emerged as a result of the 2009 general strike. It will analyze the coalition work of the various protesting groups, the collective bargaining with local authorities and the dynamics of conflict radicalization.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 21-01-2019


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2017 par Sciences Po [diffusion/distribution] à Paris

"Travayè an larila - Les travailleurs sont dans la rue" : syndicalisme et protestation en Guadeloupe et en Martinique


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2017 par Sciences Po [diffusion/distribution] à Paris

Informations

  • Sous le titre : "Travayè an larila - Les travailleurs sont dans la rue" : syndicalisme et protestation en Guadeloupe et en Martinique
  • Détails : 1 vol. (518 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 497-510
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.