Un emploi discontinu soutenable ? Trajectoires sociales de saisonniers agricoles et d'artistes du spectacle

par Nicolas Roux

Thèse de doctorat en Sociologie, démographie. Sociologie du travail

Sous la direction de Michel Lallement et de Marie-Christine Bureau.

Soutenue le 03-11-2017

à Paris, CNAM , dans le cadre de École doctorale Abbé Grégoire (Paris) , en partenariat avec Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Paris) (laboratoire) et de Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Economique / LISE (laboratoire) .

Le président du jury était Olivier Schwartz.

Le jury était composé de Eliane Le Dantec.

Les rapporteurs étaient Marie Cartier, Patrick Cingolani.


  • Résumé

    L’analyse sociologique de la précarité oscille entre risque de désaffiliation et alternative à la norme d’emploi dominante. Pour contribuer au débat, cette thèse saisit cette ambivalence en développant une problématique originale : celle de la « soutenabilité » de l’emploi discontinu, au double-sens de ce qui est supportable et de ce qui est défendable. Les cas contrastés des saisonniers agricoles et des artistes du spectacle sont comparés au moyen d’une enquête biographique et longitudinale retraçant leurs trajectoires sociales. La première partie reconstitue l’espace des possibles structurant les trajectoires objectives des enquêtés. D’un côté, un salariat agricole flexible et relativement invisible maintient les saisonniers agricoles, majoritairement issus des classes populaires, dans une condition de précarité-pauvreté. De l’autre,les artistes, originaires principalement des classes moyennes et supérieures, se mobilisent politiquement pour la défense d’une intermittence du spectacle recouvrant un potentiel d’autonomie salariale. Ce contraste se redouble ensuite au niveau des trajectoires subjectives. La deuxième partie montre comment l’emploi agricole devient soutenable par adaptation à la nécessité. La discontinuité permet de mettre à distance le travail et de recentrer les attentes sur l’espace domestique et le territoire local. À l’inverse, l’insoutenabilité l’emporte lorsque le CDI réduit les possibilités de s’extraire d’un travail portant atteinte à la santé (insoutenabilité de condition) ou lorsque l’emploi agricole est consécutif à un déclassement (insoutenabilité de position). Enfin, la troisième partie illustre comment les artistes du spectacle se caractérisent au contraire par un refus de la finitude sociale. La vie d’artiste et d’intermittent demeure soutenable tant que la recherche d’autonomie dans un travail synonyme de singularité et de vocation n’est pas compromise par un engagement prenant le sens du surinvestissement (insoutenabilité de condition) ou par un défaut de capital spécifique(insoutenabilité de position). Les trajectoires contrastées des saisonniers agricoles et des artistes du spectacle interrogent finalement la thèse d’un « précariat » à la condition ou au projet politique communs.

  • Titre traduit

    A sustainable discontinuous employment? Social paths of agricultural seasonal workers and performing artists


  • Résumé

    The sociological analysis of the precariousness fluctuates between disaffiliation risk and alternative to the dominant employment norm. In order to contribute to the debate, this thesis captures this ambivalence by developing an original issue: the “sustainability” of discontinuous employment, in both meaning of what is bearable and what is defensible. The contrasting cases of agricultural seasonal workers and performing artists are compared by means of a biographical and longitudinal survey tracking down their social trajectories. The first part rebuilds the space of possibilities structuring the objective paths of the respondents. On one side, a flexible and relatively invisible agricultural wage-earners keeps theseasonal workers, mainly from the working class, in a precariousness-poverty condition. On the other side, the artists,mainly from the middle and superior classes, politically gather for the defense of the intermittence of the performing arts, implying the possibility of autonomous wages. Then, this disparity is increased when considering the subjective paths. The second part shows how the agricultural employment becomes sustainable as adaptation to the necessity. The discontinuity allows to distance work and to refocus expectations on domestic space and local territory. Conversely, the unsustainability wins when permanent contract reduces the possibility to get away of a job jeopardizing health (condition unsustainability) or when agricultural employment is a consequence of a downgrade (position unsustainability). Finally, the third part illustrate, on the contrary, how performing artists are characterized by a rejection of the social finitude. The artist and intermittent life remains sustainable as long as the pursuit of autonomy in a job, synonym for singularity andvocation, is not jeopardized by a commitment as a surinvestment (condition unsustainability) or a default of specific capital (position unsustainability). The contrasted paths of agricultural seasonal workers and performing artists finallyquestion the thesis of a “precariat” with common conditions and political vision.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.