Measuring corruption in business surveys : current practice and perspectives

par Frédéric Lesné

Thèse de doctorat en Sciences economiques

Sous la direction de Michaël Goujon et de Bernard Gauthier.

Le jury était composé de Grégoire Rota-Graziosi.

Les rapporteurs étaient Rémi Bazillier, Emmanuelle Lavallée.

  • Titre traduit

    Mesurer la corruption avec des enquêtes d'entreprises : pratique actuelle et perspectives


  • Résumé

    Le sujet de cette thèse de doctorat est la mesure de la corruption. Ses principales contributions à la recherche en économie sont une réflexion sur la pratique actuelle de construction d'indicateurs de la corruption à partir d'enquêtes d’entreprises, et la suggestion d'approches innovantes visant à améliorer la qualité de ces indicateurs. Cette thèse est composée de trois chapitres. Le premier chapitre examine la mesure dans laquelle demander à des propriétaires et gestionnaires d’entreprise d'évaluer la magnitude de la corruption en pourcentage de leur chiffre d'affaires ou en termes monétaires influence leurs estimations, et les raisons expliquant cette différence. Je confirme des résultats antérieurs que les estimations de la corruption sont significativement plus élevées lorsqu'elles sont exprimées en pourcentage de chiffres d’affaires plutôt qu'en valeur monétaire. Ce résultat est vraisemblablement causé par une erreur de calcul de la part de certains répondants. L'expérience dans la gestion d'entreprise limite cette propension à l'erreur, sans toutefois l'éliminer complètement. Le deuxième chapitre évalue comment les chefs d'entreprise ayant remporté des marchés publics considérés à risque de corruption se comportent vis-à-vis d'une enquête sur les marchés publics. Je conclus que les entreprises ayant une plus grande expérience de la corruption ne sont pas plus susceptibles de refuser de participer à l'enquête ou de répondre à une question leur demandant d'estimer la magnitude de la corruption, mais ont une probabilité plus élevée que les autres de nier l'existence de corruption dans les marchés publics. Le troisième chapitre propose une approche innovante d'identification des répondants réticents dans les enquêtes d'entreprise et de correction des indicateurs de fréquence de la corruption.


  • Résumé

    The topic of this doctoral thesis is corruption measurement. Its main contributions to economic research are a reflection on the current practice of producing corruption indicators using business survey data, and suggesting innovative approaches to improve the quality of those indicators. This thesis is composed of three Chapters. The first Chapter investigates how asking firm owners and managers to estimate the magnitude of bribery as a percentage of their turnover or in monetary terms affects their estimations and the reasons for this difference. I confirm previous findings that estimates of bribery are significantly higher when expressed as a percentage of turnover rather than in monetary value. This result is likely due to miscalculations on the part of some respondents. Experience in running a business appears to mitigate this propensity to error, but without eliminating entirely. The second Chapter evaluates how firm owners and managers which were awarded public contracts considered at risk of corruption behave in responding to a survey about public procurement. I conclude that firms with more experience of corruption are no more likely to decline participating in the survey or to answer a question asking them to evaluate the magnitude of bribery, but have a higher probability to deny the existence of bribery compared to firms with less experience of corruption. The third Chapter suggests an innovative approach to identify reticent respondents in business surveys and to correct indicators for the frequency of corruption accordingly.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.