EPIHAM Drug-induced liver injury leading to hospital admission : a study in national healthcare insurance databases

par Sinem Gulmez

Thèse de doctorat en Pharmacologie. Option : Pharmaco-épidémiologie, pharmaco-vigilance

Sous la direction de Nicholas D. Moore.

Soutenue le 09-05-2017

à Bordeaux , dans le cadre de École doctorale Sociétés, politique, santé publique (Bordeaux) , en partenariat avec Bordeaux population Health (laboratoire) .

Le président du jury était Bernard Bégaud.

Le jury était composé de Susana Perez-Gutthann.

Les rapporteurs étaient Dominique Larrey, Yola Moride.

  • Titre traduit

    EPIHAM : Epidémiologie d’Hépatites aiguës médicamenteuses


  • Résumé

    L’objectif principal de l’étude était d’identifier les principaux médicaments associés aux hépatites aiguës (HA) associé aux médicaments (HAM) en France. Trois approches méthodologiques ont été définies. L’approche méthodologique principale est l’analyse cas-population. Les autres approches sont cas-propre témoin et cas témoins.Les cas ont été identifiés parmi les patients adultes présents dans le SNIIRAM, ayant une première hospitalisation entre 01/01/2010-31/12/2014 dont le diagnostic principal est une atteinte hépatique toxique (Classification Internationale des Maladies (CIM-10) K71.1, K71.2, K71.6, K71.9) ou une insuffisance hépatique(CIM-10 K72.0). La population de référence a été définie à partir de l’EGB. La date index (DI) considérée est la date de première hospitalisation pour HA. Les délivrances de l’ensemble des traitements précédant la DI ont été étudiées en considérant une exposition variant de 7 à 60 jours avant la DI. Les produits les plus fréquemment retrouvés sont classiques: antalgiques et en premier lieu le paracétamol, puis les produits à visée digestive symptomatique (inhibiteur de la pompe à protons, prokinétique, antispasmodique). Les suivants sont l’amoxicilline seule ou associée à l’acide clavulanique, l’ibuprofène, la codéine associée et le furosémide. L’ensemble de ces résultats pourra informer les autorités sanitaires, les praticiens et les patients sur le risque associé à chacune de ces molécules tant au plan individuel (risque absolu, risque attribuable), qu’au sein d’une famille de produits(risque relatif) ainsi que plus globalement pour la population et le système de santé(nombre absolu de cas attribuables).


  • Résumé

    The main objective of EPIHAM study is to identify the main drugs associated with drug induced liver injury leading to hospital admission (DILIH) in France and the event rates associated with DILIH. Three methodological approaches were defined. Principal approach is case-population. The others are case-crossover and case control analyses. Cases were identified among adult patients present in SNIIRAM database having a first hospitalization between 01/01/2010-2010/31/12/1204, the main diagnosis of which is toxic liver disease (diagnostic codes according to the International Classification of Diseases (ICD-10) K71.1, K71.2, K71.6, K71.9) orK72.0. Reference population was defined from the EGB. Index date (ID) was considered as the date of hospital admission for DILI. The dispensations of all treatments preceding the ID were studied by considering an exposure windowvarying from 7 to 60 days before ID. The most frequently found are classical: analgesics and firstly paracetamol, followed by drugs acting on digestive system (proton pump inhibitors, prokinetics, antispasmodics). The following were amoxicillinalone or combined with clavulanic acid, ibuprofen, codeine combinations, and furosemide. These results can inform health authorities, practitioners and patients about the acute hepatitis risk leading to hospitalisation associated with each of these molecules, both individually (absolute risk, attributable risk) and within a therapeutic drug family (relative risk) as well as more generally for the population and the health system (absolute number of attributable cases).


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.