L'expérience du numérique chez les aînés : enjeux et limites du solutionnisme technologique

par Eloria Vigouroux-Zugasti

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Gino Gramaccia.

Le président du jury était Imad Saleh.

Le jury était composé de Gino Gramaccia, Christian Bourret, Sylvie Parrini-Alemanno, Valérie Carayol, Olivier Le Deuff.

Les rapporteurs étaient Christian Bourret, Sylvie Parrini-Alemanno.


  • Résumé

    Les sociétés occidentales se trouvent aujourd’hui confrontées au vieillissement de leur population, sous le double effet de papy-boom et de l’allongement de la vie. Ce contexte pose la question de la prise en charge de la perte d’autonomie des personnes retraitées : coût et disponibilité de places en maisons de retraites, gestion de la dépendance par la famille et par les politiques publiques, etc. La Silver Économie propose des réponses technologiques à ces problèmes sociaux et politiques, en développant de nombreux produits numériques dédiés à la gestion de la perte d’autonomie des aînés. Néanmoins, ces offres ne semblent pas toujours prendre suffisamment en compte la réalité de publics ciblés. Tout d’abord, les technologies semblent ne pas prendre en compte les attentes et les besoins de ce public et ne font que peu de cas de la pluralité des profils des aînés. De plus, les technologies pour l’autonomie tendent à ne pas être adaptées aux aptitudes et aux connaissances numériques des publics qu’elles ciblent. Enfin, ces technologies posent le problème de leur potentiel démocratique, étant donné leur coût élevé. Convoquant l’alliance entre sciences de l’information et de la communication (SIC) et sociologie, nous proposons une étude, prospective, cherchant à appréhender et à comprendre les actuels modes d’appropriation de ces technologies auprès des retraités de plus de 60 ans. Le but de notre démarche est de mettre en évidence les logiques d’usage et d’appropriation actuelles pour vérifier leur adéquation avec des formes de prise en charge technologiques de la perte d’autonomie. Pour ce faire, nous procédons à l’analyse d’un échantillon qualitatif, composé de 31 aînés résidents en Aquitaine et faisant usage des technologies numériques. Les résultats de notre analyse mettent en évidence des niveaux de littératie numérique tout à fait disparates, influencés par de nombreux facteurs : l’âge, les formes d’initiation, les sociabilités individuelles, les parcours biographiques et le rapport à soi. Les usages des technologies numériques prennent sens dans des processus identitaires, qu’ils soient orientés vers la rupture ou vers la continuité, en lien avec le passé, le présent et le futur des usagers. Les technologies participent à de nouvelles formes de sociabilité, prenant le relai des modalités classiques de lien social. Les pratiques de recherche par Internet, quant à elles, permettent à l’usager de développer un nouveau rapport à soi-même. Nous concluons la nécessaire adaptation des technologies numériques à ses appropriations identitaires des usagers aînés.

  • Titre traduit

    The digital experience of elderly people : stakes and limitations of technological solutionism


  • Résumé

    Nowadays, Western societies are confronted with the ageing of their population, due to the consequences of the baby-boom and to a longer life expectancy. This context highlights the necessary attention paid to the loss of autonomy of seniors : cost and availability of retirement homes, management of dependency by family and by public policies, etc. The Silver Economy offers technological answers to these social and political problems, by developing many digital products dedicated to reducing the loss of autonomy among seniors. However, these solutions do not always seem to pay sufficient attention to the reality of elderly people. First, technologies do not seem to take into account the expectations and the needs of this population, such as the plurality of their profiles. Moreover, technologies to maintain autonomy do not seem to be adapted to their digital skills and knowledge. Finally, we can question the non democratic potential of digital technologies dedicated to health, considering their high cost whilst the number of retired people living under the poverty line has increased. In our study, we proposed a mixed approach, combining sociology and the information and communication sciences (CIS). Thus, we undertook a prospective study, whose purpose was to apprehend and to understand the current usage of digital technologies among retired people over 60 years old. Our aim was to highlight how seniors use digital devices and services, in order to verify if they are in line with the forms of technological management existing to support their autonomy. To do so, we used a qualitative methodology and surveyed 31 retired users living in Aquitaine. The results of our survey reveal totally disparate levels of digital literacy, influenced by many factors, such as age, contexts of learning, degree of sociability, biographical trajectories and self image. The use of digital technologies is deeply linked to identity processes, whether they are oriented towards biographical rupture or continuity, in relation to the past, the present and the future of the users. Technologies contribute to new forms of sociability, taking over classical ways of social bonding. Internet search practices, on the other hand, allow the user to develop a new self image. We conclude on the necessary adaptation of digital technologies to its identity appropriations of the elderly users.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.