Vers des outils d'analyse musicale à l'échelle humaine

par Rafael Barbosa

Thèse de doctorat en Arts vivants dominante musique

Sous la direction de Jean-Louis Leleu.

Soutenue le 09-06-2017

à Côte d'Azur , dans le cadre de École doctorale Sociétés, Humanités, Arts et Lettres (Nice) , en partenariat avec Université de Nice (établissement de préparation) , Centre transdisciplinaire d’épistémologie de la littérature et des arts vivants (Nice) (laboratoire) et de Centre transdisciplinaire d’épistémologie de la littérature et des arts vivants (laboratoire) .

Le président du jury était François Madurell.

Le jury était composé de Philippe Lalitte.

Les rapporteurs étaient François Madurell, Emmanuel Bigand.


  • Résumé

    Si la musique a participé au développement de la psychologie cognitive et de l'approche expérimentale de l'esthétique, la musicologie, et plus particulièrement sa branche analytique, n'a que très peu bénéficié des acquis de ce que François Delalande appelle « les sciences de la musique ». Cette situation est le résultat d'un l'éloignement ontologique entre les paradigmes sous-jacents des sciences cognitives, et ceux de la théorie et l'analyse musicologiques. La difficulté à assimiler une méthodologie transdisciplinaire – question épistémologique qui accompagne le développement des sciences cognitives –, est aussi responsable d'une forme de désintéressement chronique de la part des musicologues pour des disciplines scientifiques qui pourtant, permettent aujourd'hui de comprendre la musique en tant qu'objet façonné par une dynamique des contraintes perceptives et cognitives, ainsi que comme expérience esthétique vivante. Ce travail doctoral cherche à évaluer les raisons qui rendent pertinente et nécessaire l'ouverture de la musicologie analytique vers l'étude scientifique de la perception et de l'expérience esthétique, et propose une formulation des objectifs et des moyens qui pourraient être ceux d'une musicologie analytique qui reconnait et préserve sa place au sein de l’épistémè contemporain des sciences humaines et naturelles.

  • Titre traduit

    Toward tools for musical analysis on a human scale


  • Résumé

    While music has contributed to the development of cognitive psychology and experimental aesthetics, musicology, and more particularly its analytical branch, has taken little benefit from the achievements of what has been called "the sciences of music ". This situation is the result of a growing ontological distance between the paradigms underlying the development of cognitive sciences and those on which musicological theory and analysis are grounded. The difficulty in assimilating a transdisciplinary methodology – a central epistemological question that accompanies the development of cognitive sciences – is also responsible for the chronic lack of interest on the part of musicologists for the scientific disciplines which have open the possibility to understand music as an object shaped both by perception and cognition, and as a living aesthetic experience. This research evaluates the reasons that prove the relevance and the necessity of building a straight relation between the analytical musicology and the scientific study of perception and aesthetics. It also leads a discussion in order to propose a definition of the aims and the means characterizing an analytical musicology that recognizes and preserves its place within the frame of the contemporary human and natural sciences.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.