De la distance entre les visiteurs et les œuvres au sein de l'exposition muséale d'art : une approche communicationnelle des marges péri-opérales

par Caroline Buffoni

Thèse de doctorat en Communication

Sous la direction de Jean Davallon.

Soutenue le 03-03-2017

à Avignon , dans le cadre de École doctorale 537 « Culture et patrimoine » (Avignon) , en partenariat avec Centre Norbert Elias (laboratoire) .

Le président du jury était Cécile Tardy.

Le jury était composé de Jean Davallon, Cécile Tardy, Emmanuël Souchier, Pascal Lardellier, Daniel Jacobi.

Les rapporteurs étaient Emmanuël Souchier, Pascal Lardellier.


  • Résumé

    La recherche porte sur les distances qui s’établissent entre les visiteurs et les œuvres exposées au sein de l’exposition muséale d’art, précisément celles qui, tout à la fois, sont périphériques aux artefacts, sont imposées par les règlements et consignes de visite, sont délimitées par des barrières, des cordons, des socles, des rubans adhésifs au sol, entre autres choses, sont souvent maintenues par les visiteurs, sont généralement reconnues comme étant vouées à la protection des biens patrimoniaux présentés et qualifiées de « bonnes distances », de « distances respectueuses », de « limites à ne pas franchir », de « zones de sécurité », par exemple. Considérant qu’elles s’inscrivent au sein d’un dispositif médiatique, il s’agit de comprendre de quelle manière elles contribuent à ce dernier. L’étude théorique des tracés régulateurs et des marges des médias du texte soutient la construction du concept de « marges péri-opérales » permettant de qualifier les distances entre les œuvres et les visiteurs et d’émettre l’hypothèse qu’elles participent à l’exposition en remplissant plusieurs fonctions et rôles d’ordre sémiotique. L’étude théorique de l’exposition muséale d’art conduit à une approche communicationnelle des marges péri-opérales consistant à les appréhender depuis les trois processus énonciatifs au cours desquels elles sont produites et dotées de sens – soit la réglementation de la visite de l’exposition muséale, la mise en espace de l’exposition muséale, la saisie visuelle des œuvres exposées lors de la visite de l’exposition muséale. L’étude des marges péri-opérales est alors pensée en trois enquêtes dédiées respectivement à chacun des processus identifiés et reposant sur l’analyse d’ « objets » qui sont inhérents à ces processus et qui préfigurent, configurent et actualisent les marges péri-opérales – soit les règlements de visite et les interdits comportementaux, les outils de mise à distance et les marges expographiques, les comportements et les alignements des visiteurs. La première enquête permet d’établir que, telles qu’elles apparaissent dans la réglementation de la visite de l’exposition muséale, les marges péri-opérales remplissent les fonctions de mesures de protection des biens et des personnes et d’accès aux œuvres dans certaines limites physiques et le rôle de règles constitutives de la visite de l’exposition muséale d’art. La deuxième enquête permet d’avancer que, telles qu’elles se concrétisent lors de la mise en espace de l’exposition muséale, les marges péri-opérales assurent les mêmes fonctions que les signes-vecteurs d’attention et d’interprétation et les rôles de repères signalétiques et de traces matérielles d’énonciation. La troisième enquête permet de déterminer que, telles qu’elles se manifestent lors de la saisie visuelle des œuvres exposées, les marges péri-opérales endossent les fonctions des signes d’engagement dans la situation d’interaction et des propriétés situationnelles et les rôles d’indices posturaux de co-énonciation et de figures rituelles. En somme, l’étude des marges péri-opérales révèle que ces dernières participent, du fait de leurs multiples fonctions et rôles sémiotiques, au fonctionnement communicationnel et à l’opérativité socio-symbolique de l’exposition muséale d’art.

  • Titre traduit

    The distance between visitors and artworks in the museum of art exhibition : a communicational approach to peripheral margins


  • Résumé

    The research focuses on the distances between visitors and the works exhibited in the art exhibition, specifically those that are both peripheral to the artifacts, imposed by visitor rules and regulations, bounded by barriers, cords, pedestals, floor tapes, among other things, are often maintained by visitors, are generally recognized as being destined toConsidering that they are part of a media device, it is important to understand how they contribute to the latter. The theoretical study of the regulating lines and margins of the text's media supports the construction of the concept of "peri-operative margins", making it possible to qualify the distances between works and visitors and to make the hypothesis that they participate in the exhibition by fulfilling several semiotic functions and roles. The theoretical study of the museum art exhibition leads to a communicative approach to the peri-operative margins, which consists of understanding them from the three enunciating processes in which they are produced and endowed with meaning - that is, the regulation of the visit to the museum exhibition, the setting up of the museum exhibition, and the visual capture of the works exhibited during the visit to the museum exhibition. The study of peri-operative margins is then thought out in three surveys dedicated respectively to each of the processes identified and based on the analysis of "objects" that are inherent in these processes and that prefigure, configure and update the peri-operative margins - i. e. visit regulations and behavioural prohibitions, distance tools and expographic margins, visitor behaviours and alignments.The first survey makes it possible to establish that, as they appear in the regulations governing the visit to the museum exhibition, the peri-operative margins fulfil the functions of measures for the protection of property and persons and access to works within certain physical limits and the role of rules governing the visit to the art museum exhibition. The second survey suggests that, as they materialize when the museum exhibition is set up, the peri-operal margins perform the same functions as the vector signs of attention and interpretation and the roles of signposts and physical traces of enunciation. The third survey makes it possible to determine that, as manifested in the visual capture of the exhibited works, the peri-operative margins assume the functions of signs of engagement in the interaction situation and situational properties and the roles of postural clues of co-enonciation and ritual figures.In sum, the study of the peri-operative margins reveals that, because of their multiple semiotic functions and roles, they participate in the communicational functioning and socio-symbolic operability of the art museum exhibition.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 30-05-2019


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.