Céramique contemporaine, un monde de l’art périphérique : Repenser les frontières artistiques par la céramophilie

par Elisa Ullauri Lloré

Thèse de doctorat en Communication

Sous la direction de Jean Davallon et de Sylvia Girel.

Soutenue le 25-09-2017

à Avignon , dans le cadre de École doctorale 537 « Culture et patrimoine » (Avignon) , en partenariat avec Centre Norbert Elias (laboratoire) .


  • Résumé

    Cette thèse vise à mettre en lumière les déplacements des frontières artistiques à travers le cas de la céramique contemporaine, un monde périphérique parmi la nébuleuse des mondes de l’art. Au-delà de la rupture classique entre les modèles de l’art et de l’artisanat, cette recherche analyse comment s’édifie un monde avec une identité artistique et culturelle forte et dans lequel, les amateurs jouent un rôle significatif. De la cohabitation de deux versants au cœur de la céramique contemporaine — le régime patrimonial et le paradigme de l’art contemporain — résulte une situation de relative marginalité : d’un côté se trouve la faible reconnaissance de la céramique au sein de la scène artistique contemporaine (et de ses marchés) et de l’autre, l’attachement artistique des acteurs sociaux (céramistes, amateurs, collectionneurs, professionnels) ainsi qu’une double appartenance affirmée comme une valeur. Partant d’une enquête réalisée auprès des amateurs de céramique, nous analysons la céramophilie et les enjeux de la dimension affective de l’engagement et l’attachement artistiques sur les orientations de la céramique et son système de significations. C’est également à partir d’un état des lieux organisationnel, professionnel et symbolique, que nous étudions les basculements axiologiques opérés par le processus d’artification. Les espaces où se structurent les valeurs esthétiques et marchandes des objets (marchés potiers, galeries, musées, salons, etc.) mettent en évidence une économie artistique instable, mais constante. L’étude de la médiation — comme le territoire où se préfigurent les représentations — rend compte d’un monde régi par une forte proximité humaine plutôt que par les relations institutionnelles. Cette thèse aspire à montrer ainsi comment, malgré les multiples tensions présentes au sein de ce monde de l’art, celui-ci existe grâce aux valeurs différentielles entre l’art contemporain et l’artisanat d’art. Et que sa difficulté à (se) définir en art contemporain est traversée par l’existence même de ces paradoxes, lesquels s’inscrivent dans la pluralité des pratiques et dans l’instabilité des ambitions des acteurs. C’est alors que ces contradictions cohabitent au cœur de l’identité collective de cette communauté artistique, et s’affirment par l’attachement des amateurs et « céramophiles ».

  • Titre traduit

    The social world of ceramics : towards an ethnosociological approach of representations of contemporary ceramics


  • Résumé

    This thesis aims to highlight the displacements of artistic borders through the case of contemporary ceramics, a peripheral world among the nebula of the worlds of art. Beyond the classic break between art and craft models, this research analyzes how a world with a strong artistic and cultural identity is built and in which amateurs plays a significant role. From the coexistence of two sides within the heart of contemporary ceramics - the patrimonial regime and the paradigm of contemporary art – gives birth to a situation of relative marginality: on the one hand there is the low recognition of ceramics within the artistic scene, on the other hand, the artistic attachment of social actors (ceramists, amateurs, collectors, professionals) who consider their double sense of belonging as a value. Based on a survey of ceramic amateurs, we analyze ceramophilia and the stakes of the emotional dimension of artistic commitment and attachment to the orientations of ceramics and the renewal of its system of meanings. It is also from an organizational, professional and symbolic inventory that we study the axiological changes affected by the process of artification. The spaces where the aesthetic and market values of objects (pottery markets, galleries, museums, exhibitions, etc.) are structured show an unstable but constant artistic economy. The study of mediation - as the territory where representations are prefigured - reflects a world governed by a close human proximity rather than by institutional relations. This thesis aspires to show how, despite the many tensions present within this art world, this one exists because of the differential values between contemporary art and arts and crafts and its difficulty to define itself in contemporary art, which is intersected by the paradoxical ambitions of its developers, who coexist and reaffirm themselves at the heart of the collective identity of an artistic community, thanks to the commitment of the same aforementioned amateurs and ceramophiles.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.