«L’ordine nella libertà» : contrôle du territoire, police et politiques de gouvernement dans la Sicile garibaldienne (1860)

par Emilio Scaramuzza

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Brigitte Marin et de Livio Antonielli.

Le président du jury était Catherine Brice.

Le jury était composé de Livio Antonielli, Enza Pelleriti, Francesco Benigno, Jean-Yves Frétigné.


  • Résumé

    L’objectif de cette recherche est d’étudier les forces de l’ordre siciliennes pendant la dictature garibaldienne de 1860, pour montrer comment l’île a été concrètement administrée par les chemises rouges dès la libération de Palerme. Il s’agit donc de saisir les traces de continuité ou de discontinuité en matière de contrôle territorial, d’ordre public et de police dans la région, au moment de la construction du nouvel État italien. L’effondrement du régime bourbonien dans l’île, causé par la nouvelle « révolution » sicilienne, laissa le pays dans une profonde crise politique et sociale. Il ne s’agissait pas seulement d’assurer le contrôle de l’espace et de l’ordre public, mais aussi d’établir et de légitimer un nouvel équilibre social et politique afin de s’assurer le soutien des élites siciliennes, tout en les inscrivant dans une perspective nationale : un défi majeur, qui obligea l’exécutif garibaldien à dépasser la simple dimension militaire pour envisager des pratiques de gouvernement inédites. Dans cette thèse, il s’agit donc de relire l’histoire de la dictature garibaldienne à partir de ses institutions policières, prisme multiforme pour saisir la complexité de la réalité sicilienne. Le résultat de ce travail de recherche propose de nouveaux éléments utiles pour comprendre, d’un point de vue différent par rapport aux études antérieures, le moment clé de l’Unification italienne.

  • Titre traduit

    Between Ferdinando and Vittorio Emanuele : territorial control and police forces in Sicily since Garibaldi's feat of 1860 : continuity and discontinuity


  • Résumé

    This research focuses on the Sicilian police during the Garibaldian dictatorship of 1860 and analyses how the “red shirts” ruled the island. The goal of this work is to retrace continuities and discontinuities of local control, public order and police service during the construction of the modern Italian state. The new Sicilian revolution brought about the collapse of the Bourbon regime in Sicily and the beginning of a deep social and political crisis all over the country. Therefore, the main goal of the local administration was to guarantee public order and respect for the law. In order to gain the support of local elites, the administration had to achieve a new social and political balance based on a national outlook. New practical instruments to rule the country were developed alongside existing military ones. This thesis provides a different interpretation of the history of the Garibaldian dictatorship through the “police prism”, in an effort to understand the complexity of the Sicilian context. In the end, this work underpins new elements that are useful to grasp the key moment of the Italian Unification and suggests a different interpretation of this phenomenon compared to the traditional analysis of the subject.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.