Fréhel et Yvonne George, muses contrastées de la chanson "réaliste" de l'entre-deux-guerres

par Audrey Coudevylle-Vue

Thèse de doctorat en Langues et littératures. Cantologie

Sous la direction de Stéphane Hirschi.

Le président du jury était Bruno Blanckeman.

Le jury était composé de Stéphane Hirschi, Ursula Mathis-Moser, Catherine Rudent, Stéphane Chaudier.

Les rapporteurs étaient Ursula Mathis-Moser, Catherine Rudent.


  • Résumé

    Cette thèse entend interroger les œuvres chantées de deux interprètes de la chanson française de l’Entre-deux-guerres : Fréhel (1891-1951), l’une des meilleures représentantes de la chanson dite réaliste, et la très oubliée Yvonne George (1895-1930), adulée de l’intelligentsia parisienne du milieu des années vingt. Dans cette période nuancée (des années folles aux années trente), ces deux interprètes apparaissent elles-mêmes comme des figures de contraste pour la chanson réaliste française. Fréhel, en digne héritière de Bruant, s’impose comme le porte-voix d’un collectif de la marge, tout autant qu’elle incarne une voix féminine dolente et résignée, que le public aime a superposer avec sa propre personne, d’autant mieux que le cinéma des années trente en relaie l’image. Elle est aussi la figure d’un monde révolu : celui de la Belle Epoque. Quant à Yvonne George, son côté avant-gardiste et éclectique, confère à la chanson réaliste une nouvelle dimension novatrice. La subversion s’installe dans son univers, non plus dans les images convoquées mais dans le contenu du discours véhiculé : la prostituée n’est plus une victime passive mais au contraire, l’agent du malheur qu’elle revendique. Les choix d’interprétation audacieux d’Yvonne George, couplés à une maitrise parfaite du parlé-chanté, contribuent aussi à ce renouvellement, encore assuré par des collaborations musicales ou orchestrales avant-gardistes. Aussi, l’enjeu de ce travail a-t-il consisté à montrer en quoi Fréhel et Yvonne George purent toutes deux incarner la chanson réaliste dans sa pleine diversité et apparaître comme ses meilleures muses.

  • Titre traduit

    Fréhel and Yvonne George : opposite muses of French music of the interwar period


  • Résumé

    Our thesis examines songs by two performers of the popular French song during the inter-war period : Fréhel, one of the best representatives of the song we call ≪ realistic ≫, and the very-much forgotten Yvonne George, adored by Parisian intelligentsia in the mid-twenties. In this slightly different period (the roaring twenties to the thirties), these two performers appear as contrasted figures in the French ≪ realist song ≫. Fréhel, a worthy successor to Bruant has become the voice of a collective margin, as well as embodying a resigned, plaintive female voice, that the public likes to project on her, especially as the cinema of the thirties relieve this projection. As for boyish Yvonne George, her avant-garde and eclectic side, gives the song an innovative new realistic dimension. Subversion settles into her world, not conveyed by the images but by the content of the spoken text (the prostitute is no longer a passive victim but rather the agent of her own misfortune, that she has chosen for herself). Yvonne George’s choice to portray this boldly, coupled with a perfect command of spoken-songs, also contribute to this revival, accompanied by avant-gardist musical and orchestral collaborations. By means of a comparative study of songs sung by these two contrasting performers, this thesis shows how Fréhel like Yvonne George can both portray realist songs in their full diversity and appear both "traditional" muse and "avant-garde" muse.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis. Service commun de la documentation. Valenciennes- Bib électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.