Sinodicée en question : Essai d'histoire intellectuelle à partir des discours culturalistes de Zhang Junmai (1919-1931)

par Joseph Ciaudo

Thèse de doctorat en Histoire, sociétés et civilisations

Sous la direction de Frédéric Wang et de Anne Cheng.

Le jury était composé de Frédéric Wang, Anne Cheng, Yves Chevrier, Joachim Kurtz, Sébastien Billioud, Thomas Fröhlich.

Les rapporteurs étaient Yves Chevrier, Joachim Kurtz.


  • Résumé

    Cette thèse de doctorat se propose d’étudier la formulation de discours à propos des «cultures/civilisations» occidentale et chinoise en Chine entre 1919 et 1931, en prenant les textes de Zhang Junmai comme point focal. La problématique centrale de ce travail est de mettre en lumière ce que j’ai appelé la «sinodicée» de Zhang Junmai, c’est-à-dire sa théorie justificatrice de la culture chinoise, théorie entendue à la fois dans son articulation conceptuelle et dans sa présentation discursive. Grâce à une étude détaillée des écrits de Zhang Junmai, ce travail offre une perspective nouvelle sur les trajectoires et les usages des expressions «culture chinoise» et «culture occidentale» dans le contexte de la Chine moderne. À travers une critique de précédents travaux peu sensibles aux problématiques soulevées par l’histoire sémantique et conceptuelle, est proposée une remise en question des principales grilles conceptuelles utilisées dans l’étude de l’histoire intellectuelle et politique de la Chine des années vingt. Face à la thèse de «la renonciation au politique» en vogue dans les travaux sur cette période, je montre au contraire que les débats autour de la notion de «culture» sous-tendent une refonte du répertoire conceptuel pour penser le monde et le politique. Chemin faisant, je montre que la sinodicée de Zhang Junmai n’est en rien un projet de type identitaire : la défense de la culture chinoise, et plus particulièrement du néoconfucianisme chez Zhang n’étant pas une valorisation d’un passé sacralisé, mais la revendication d’une indépendance chinoise et d’une capacité du peuple chinois à s’autodéterminer à travers la reconstruction du politique en Chine.

  • Titre traduit

    Questioning sinodicy : an essay in intellectual history departing from Zhang Junmai's cultural discourses between 1919 and 1931


  • Résumé

    This doctoral dissertation investigates the formation of discourses concerning Western and Chinese “cultures/civilizations” in China from 1919 to 1931 through a study of Zhang Junmai’s texts. The key issue of this work is to cast light upon what I have called Zhang Junmai’s “sinodicy”, that is his defence theory of “Chinese culture”, considered from both its conceptual articulation and its discursive expression. Throughout a careful reading of Zhang Junmai’s discourses, this dissertation offers new perspectives unto the uses and trajectories of expressions such as “chinese culture” and “western culture” in Modern China. It raises questions concerning the frameworks used by previous studies that often belittled the issues of semantic and conceptual history. Against the advocacy of a “renunciation to politics” common in works concerning the intellectual and political history of China in the twenties, I show that the debates around the notion of “culture” implied the foundation of a new conceptual repertoire to think the world and Chinese polity. I also argue that Zhang Junmai’s sinodicy was not the affirmation of a culturalist discourse build on an identity issue. His defence of Chinese culture, and of Neoconfucianism, cannot be understood as a valorisation of a sacralised past, but should be regarded as the advocacy of a Chinese intellectual independence, and the promotion of Chinese people’s abilities to self-determination. The cultural issue goes along with the problem of rebuilding a political order in China.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (621 p.)
  • Annexes : Bibliographie p. 544-615

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris). Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire. Section Droit/Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.