La Tradition de Padma gling pa dans la Vallée des nuages au Spiti

par Henry Namgyal

Thèse de doctorat en Histoire, sociétés et civilisatons

Sous la direction de Heather Stoddard et de Françoise Wang-Toutain.

Soutenue le 30-03-2016

à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) , en partenariat avec ASIES / ASIES EA 4512 (laboratoire) et de Institut national des langues et civilisations orientales (Paris) (établissement de préparation) .

Le jury était composé de Heather Stoddard, Françoise Wang-Toutain, Charles Ramble, Jean-Luc Achard.

Les rapporteurs étaient Charles Ramble, Jean-Luc Achard.


  • Résumé

    Dans l’école des Tenants des anciennes traductions, les rNying ma pa-s, on trouve, en plus de la lignée de transmission orale dite longue (ring brgyud bka’ ma), une lignée de transmission courte des trésors (nye brgud gter ma). Par « trésors », on entend des textes qui auraient été cachés par Padmasambhava et ses disciples et qui, au moment où les circonstances l’exigent, sont redécouverts par des religieux prédestinés : les gter ston-s. Ceux-ci sont des milliers mais seuls certains d’entre eux, les cinq rois gter ston-s, font autorité pour authentifier un trésor et son découvreur. Le quatrième d’entre eux, Padma gling pa (1450-1521), naquit au Bhoutan où il œuvra et établit des centres religieux. Il étendit également sa sphère d’influence au Sud du Tibet où il fonda l’un de ses monastères principaux : Lha lung. Après sa mort, sa tradition spirituelle continua de se développer grâce à trois lignées d’incarnations. Bien loin de là, dans l’Ouest de l’Himalaya, la tradition rituelle de ce gter ston est encore aujourd’hui pratiquée dans la Vallée des nuages au Spiti. Jusqu’à présent, l’introduction de cette tradition, si éloignée de son lieu d’origine, reste mystérieuse. La présente étude vise, après avoir évoqué le cadre historique de la Vallée, à reconstituer dans un deuxième temps, grâce à des manuscrits que l’on croyait un temps perdus ainsi qu’à la tradition orale, l’histoire de cette tradition religieuse depuis son introduction jusqu’à nos jours. Dans un troisième temps, ce travail expose les pratiques et le calendrier rituel de la Vallée. Enfin, la dernière partie est consacrée au Rituel des vivants (gSon chog), rituel incontournable des habitants de la Vallée.

  • Titre traduit

    The tradition of Padma gling pa in the clouds valley in Spiti


  • Résumé

    In the school of the Followers of the old translations, the rNying ma pa-s, there is not only the Long lineage of the oral transmission (ring brgyud bka’ ma) but also the Short lineage of the treasures (nye brgyud gter ma). “Tresaures” are texts that were hidden by Padmasambhava and his disciples and discovered by predestined religious figures : the gter ston-s, when the circumstances so require. Those gter ston-s are thousands but only few of them, the five gter ston-s kings are recognized authority who can authentify a treasure and its discoverer. The fourth of them Padma gling pa (1450-1521), was born in Bhutan where he built several important religious complexes. During his life time, he extended his influence to the South of Tibet where he founded one of his main monasteries : Lha lung. After his death, his tradition continued to develop thanks to three incarnation lineages. On the western part of the Himalaya, in the Clouds Valley, in Spiti, the ritual tradition of this gter ston is nowadays still practiced. Until recently, the introduction of this ritual tradition far from its place of origin, remained quite a mystery. After an evocation of the historic context, the present study attempt, secondly, thanks to old manuscripts that were supposed to be lost and thanks to the oral tradition, to redraw the history of this religious tradition from its origin until now. Thirdly, this work exposes the practices and the religous agenda of the Valley. Finally, its last part focus on the Ritual of the living beings (gSon chog) which is a key ritual in the life of the inhabitants of the Valley.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 4 vol. (710 p. ; 201 p. ; 287 p. ; 205 p.)
  • Annexes : Bibliographie p.639-696. Glossaire

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris). Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.