Commutation de code entre le ouïghour et le chinois : une étude de cas sur la communauté linguistique ouïghoure de Ürümchi

par Giulia Cabras

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Zhitang Drocourt.


  • Résumé

    Cette thèse s’inscrit dans le domaine de la sociolinguistique et de l’anthropologie linguistique. De nature descriptive et qualitative, elle porte sur la commutation de code entre les langues ouïghoure et chinoise. L’étude se base sur un corpus composé de données ethnographiques, linguistiques et conversationnelles, recueillies entre 2012 et 2013 dans la ville de Ürümchi, capitale de la Région Autonome du Xinjiang, à travers des observations de terrain et d’enregistrements de conversations spontanées.L’analyse porte sur les caractéristiques structurelles de la commutation de code, sur ses aspects pragmatiques et socio-culturels ainsi que sur la valeur idéologique de cette pratique linguistique. La nature complexe du phénomène et le contexte historique et politique de la région du Xinjiang nous ont conduite à insérer les phénomènes de commutation de code dans une dimension interdisciplinaire. Par conséquent, l’étude prend en compte différents facteurs, micro- et macro-, de nature politique et sociale : les politiques linguistiques menées par le gouvernement chinois, la relation diglossique entre le ouïghour et le chinois, les caractéristiques urbaines de la ville de Ürümchi et les relations ethniques entre Ouïghours et Chinois Han. L’étude a donc pour objectif la présentation de la commutation de code ouïghour-chinois en tant que pratique langagière complexe, dans laquelle entrent en jeu les traits structurels des deux langues, les besoins interactionnels, les changements culturels et sociaux, ainsi que les dynamiques identitaires.

  • Titre traduit

    Code switching between Uyghur and Chinese : a case of study on the uyghur linguistic community in Urumchi


  • Résumé

    This thesis is related to the field of sociolinguistics and linguistic anthropology. Its nature is descriptive and qualitative and deals with code switching between Uyghur and Chinese. The study is based on a corpus made of ethnographic, linguistic and conversational data, gathered in the city of Ürümchi, capital of the Xinjiang Uyghur Autonomous Region in 2012 and 2013, through field observations and recording of spontaneous conversation. The analyses focus on the structural characteristics of code switching, on its pragmatic and sociocultural aspects, as well as on the ideological value of this language practice. Because of the complex nature of the phenomenon as well as the historical and political context of Xinjiang region, this study inserts Uyghur-Chinese code switching in an interdisciplinary dimension. Therefore, it takes into account different factors, micro- and macro- of political and social nature, within them language policies brought by the government, the diglossic relations between Uyghur and Chinese, Ürümchi urban characteristics and the ethnic relationships between Uyghurs and Han Chinese. The study aims at presenting Uyghur-Chinese code switching as a complex language practice, in which come into play structural features, cultural and social changes, as well as construction identity dynamics.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?