Aux sources du malentendu entre interlocuteurs sourds et entendants : L'histoire, la langue, la culture

par Elodie Jacques-Boussard

Thèse de doctorat en Psychologie clinique

Sous la direction de Anne Bourgain.

Soutenue le 16-06-2016

à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Érasme (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis) , en partenariat avec Université Paris 13 (établissement de préparation) .

Le président du jury était Gilbert Fabre.

Le jury était composé de Marie-Claude Fourment-Aptekman, Leandro de Lajonquière.

Les rapporteurs étaient Christine Condamin, Pascal Le Maléfan.


  • Résumé

    La surdité est un handicap ayant la particularité d'engager, outre la perceptionauditive, le langage et le rapport à l'autre. De nombreux malentendus de naturedifférente ont émergé au fil du temps et interviennent encore aujourd'hui dans leséchanges entre interlocuteurs sourds et entendants. Ces malentendus naissentd'une conception philosophique de la langue comme seule vecteur de pensée,d'une histoire traumatique marquée par l'interdiction de la langue des signes, etd'une langue spécifique, la LSF. L'ensemble de ces éléments participe à laconstruction culturelle et identitaire du sujet sourd, et influence de manièreimportante ses interactions. Les rapports de force qui en découlent nous ont amenéà questionner une autre forme de malentendu, reposant essentiellement sur lerapport sensoriel au monde. La présente thèse tente de s'interroger sur lesdifférentes sources du malentendu et leur impact sur le développement du discoursdu sujet, pour ensuite présenter une nouvelle forme de malentendu, reposant sur laperception des vibrations.

  • Titre traduit

    The misconceptions between deaf and hearing speakers. Story, language, culture.


  • Résumé

    Deafness is a disability which concerns not only the hearing perception, butlanguage as well as relationships. Numerous misconceptions have been createdover time, and even today they plague the relations between individuals withimpaired hearing and the rest of the world. These misconceptions stem from aphilosophical basis which considers language to be the only vector for thought.These misunderstandings were further aggravated by the traumatic history, namelythe ban on sign language, as well as the particular language known as LSF. All ofthese elements combined create the culture and identity of a deaf person today andplay a role in his interaction with society. The resulting conflicts have led us to thestudy of a different misconception, one which is mainly based on the sensoryrelationship with the world. This thesis tries to consider the different sources of thesemisconceptions and their impact on the development of the expression of a deafindividual. Then we'll discuss a new form of misconception, concerning theperception of vibrations..

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.