Le littoral dakarois : lieu de productions identitaires

par Isabelle Wurm

Thèse de doctorat en Géographie. Anthropologie et sociologie

Sous la direction de Monique Bertrand.

Le président du jury était Odile Goerg.

Le jury était composé de Olivier Legros, Didier Nativel.

Les rapporteurs étaient Tarik Dahou, Fabienne Samson.


  • Résumé

    L’Afrique de l’Ouest est marquée par une urbanisation littorale croissante, née en plein contexte d’extraversion économique sous la colonisation. Partout dans le monde, on constate désormais une similitude des activités humaines ayant une influence sur cet espace littoral : à des activités identiques, pourtant, des réponses diverses sont observées. L’objet de cette thèse est d’étudier la gestion du littoral dakarois, en partant des interactions entre ses différents acteurs - professionnels de la pêche artisanale, acteurs publics locaux, experts, usagers du littoral et résidents. Les injonctions à faire de la « bonne gouvernance », les cadres juridiques qui sont en train de se mettre en place au Sénégal en matière d'appropriation et de protection du littoral, les débats sur la gestion locale et participative, représentent autant de figures imposées, de normes véhiculées à l'échelle mondiale qui tendent à désigner un contexte de gestion littorale locale difficile dans ce pays. Le terrain d’étude est construit à l’échelle de quelques quartiers, correspondant aux anciens villages lébous. Ces lieux sont avant tout ceux de dépositaires de l'histoire locale, emblématiques de la fabrique populaire des villes africaines. Les pratiques observées sur ces territoires nous orientent vers les débats relatifs à l'autochtonie et aux identités ethniques. Cette recherche est composée d’un travail écrit, et d’un webdocumentaire, l’un venant compléter l’autre.

  • Titre traduit

    The dakar coastline : instead of identity productions


  • Résumé

    West Africa is marked by increasing urbanisation in its coastal areas, a phenomenon born out of the expansion of international trade in the colonial era. From this point onwards, we can note a likeness in the human activities that have an influence on coastal zones everywhere on the planet, although diverse responses to identical activities can also be observed. The subject of this thesis is the organisation of Dakar’s coastline, and it takes the interactions that go on between the city’s different stakeholders as its starting point, be they professionals of traditional fishing practices, local authorities active in the public sphere, technical and development experts, people who use the coastal area or residents. Pushes to impose ‘good governance’, the introduction of judicial frameworks that manage the appropriation and protection of coastal spaces and debates around local and participative control of such areas are developments that represent norms driven on a global scale which are then imposed on a local level. Such phenomena have tended to create a context of coastal management that is tenuous in Senegal. The field of study is built around several neighbourhoods that correspond to former Lebou villages, sites that belong above all to the custodians of local history and that are emblematic of the way the working classes have participated in the fabrication of African cities. The practices observed in these territories lead us into debates regarding indigenous sovereignty and ethnic identity. This piece of research includes a written thesis and a web documentary that together form a complete work

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.