La liberté dans les mémoires féminins au XVIIe siècle

par Laurène Gervasi

Thèse de doctorat en Langues et littératures françaises. Histoire et sémiologie du texte et de l'image

Sous la direction de Pascal Debailly.

Le président du jury était Béatrice Guion.

Le jury était composé de Emmanuèle Lesne-Jaffro, Claire Quaglia.

Les rapporteurs étaient Béatrice Guion, Marc Hersant.


  • Résumé

    Madame de Motteville et la duchesse de Montpensier sont deux aristocrates contemporaines. La première est dame de compagnie d’Anne d’Autriche ; la seconde est cousine germaine de Louis XIV. Témoins des bouleversements liés à la Régence et à la Fronde, elles sont conduites à des questionnements parallèles. Si elles se sont passionnément intéressées à l’histoire de leur époque, elles ont fait des choix de vie individuelle qui les distinguent du commun des femmes. Chacune a adopté une forme de célibat. Ces choix de vie ont forgé en elles le désir de liberté. Ce qui crée le plus intensément leur sororité littéraire reste l’écriture de Mémoires. L’histoire les a invitées à s’interroger sur l’identité nobiliaire. La Fronde va être l’occasion historique pour la Grande Mademoiselle de revendiquer les valeurs menacées par les évolutions politiques. En cela, elle ne partage pas les idées politiques de Madame de Motteville qui va s’employer à soutenir le pouvoir légitime dans ses Mémoires. Simultanément se pose aux deux auteures la question de leur identité féminine. Madame de Motteville et Mademoiselle mettent en scène, dans leurs Mémoires, l’oppression dont les femmes sont victimes et qui tient au fonctionnement patriarcal de la société. Une fois Louis XIV au pouvoir de manière effective, les rêves de libération féminine s’évanouissent. D’où la tendance des deux mémorialistes à formuler une expérience individuée de la liberté. Le statut de femme libre peine à exister sur le plan public. Mais il demeure possible de l’inventer dans le cadre de la sphère privée. Elles vont se frayer un chemin vers la liberté en réinventant à leur manière le destin féminin, sans pour autant déboucher sur un véritable féminisme, leurs valeurs demeurant sous certains angles empreintes de traditionalisme. À l’intérieur de cette sphère privée, l’écriture mémorialiste circonscrit un deuxième espace dans lequel leur quête de liberté prend corps et s’épanouit.

  • Titre traduit

    The freedom in the feminine reports in the XVIIth century


  • Résumé

    Madame de Motteville and the Duchess of Montpensier were two contemporary aristocrats. The former was a lady-in-waiting to Anne of Austria; the latter was a first cousin of Louis XIV. They witnessed the upheavals caused by the Regency and the Fronde and shared a passionate interest in the history of their times. It led them to explore similar issues. They each chose a form of spinsterhood and made life choices which distinguished them from the common run of women and contributed to their desire for liberty. The main reason why they can be regarded as litterary 'sisters' is the writing of Memoirs. History made them both question their aristocratic identity, though in different ways: La Grande Mademoiselle took the opportunity of the Fronde to fight for values threatened by political changes while Madame de Motteville supported the legitimate power of the Regency through her Memoirs. They also both questioned their feminine identity. Theydealt with the oppression women suffered as a result of a patriachal society. After Louis XIV took power in 1660, hopes of feminine liberation were dashed. Hence both memorialists' tendency to seek and write about a personal experience of freedom. They could not achieve the status of 'liberated' women in the public sphere but they could try to do so in the private one. They fought their way to freedom by reinventing women's destiny in their own ways, but without defending feminist views as such, as their values remained tinged withtraditionalism. The writing of Memoirs allowed them to define within the private sphere a space in which their quest for freedom couldflourish.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.