John Rupert Firth historien de la linguistique et fondateur de la "London School"

par Angela Duvivier-Senis

Thèse de doctorat en Sciences du langage, linguistique. Histoire et épistémologie des sciences du langage

Sous la direction de Sylvie Archaimbault.

Soutenue le 18-11-2016

à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de Ecole doctorale de Sciences du Langage (Paris) , en partenariat avec Histoire des théories linguistiques (Paris) (équipe de recherche) et de Université Paris Diderot - Paris 7 (établissement de préparation) .

Le président du jury était Nicolas Ballier.

Le jury était composé de Nicholas Riemer.

Les rapporteurs étaient Frédéric Lambert, Joan C Beal.


  • Résumé

    Etudié principalement pour ses travaux en phonologie, John Rupert Firth (1890-1960) occupe une place clé en linguistique anglo-saxonne. Il est un représentant éminent des études philologiques qui ont prévalu jusqu’au début du XXᵉ siècle, par sa culture du passé et son attachement à l’histoire des langues etdes sciences, qui font écho à sa formation d’historien. Paradoxalement, il a orienté ces savoirs et expériences vers l’avenir, en donnant une nouvelle impulsion aux sciences du langage en Grande-Bretagne,avec l’avènement de la linguistique en tant que discipline académique. Ses écrits dénotent un horizon de rétrospection très riche dans le temps et dans l’espace. Il s’y inscrit dans la continuité des expérimentations phonétiques du XIXᵉ siècle (Sweet, Bell). Ces références participent à la constitution de ce que l’on nomme la « linguistique firthienne », dont l’objet de la présente thèse est précisément d’étudier les contours. Ses concepts linguistiques (contexte de situation, sens par collocation, colligation ou langue restreinte) et phonologiques (phonesthésie, analyse prosodique) sont étudiés et mis en perspective au fil de cette thèse. Ils s’appuient sur le fonctionnalisme et la transdisciplinarité dans une approche plurilingue où les langues asiatiques jouent un rôle majeur pour la prise de conscience d’un eurocentrisme que l’auteur a cherché à dépasser. Firth est le fondateur de la London School, l’initiateur d’un héritage porté par plusieurs générations de linguistes anglo-saxons (Robins, Halliday, Crystal). Notre étude se donne pour but d’évaluer quelles ont été sa place et sa contribution réelles dans l’histoire des idées linguistiques.

  • Titre traduit

    John Rupert Firth historian of linguistics and founder of the "London school"


  • Résumé

    Mainly studied for his work in phonology, John Rupert Firth (1890-1960) played an outstanding role in English linguistics. He stands in line with the philological studies that prevailed up until the beginning of the 20th century through his culture of the past and his commitment to the history of languages and of sciences, both echoing his academic education in history. However, he turned these knowledge and experiences towards the future, giving a new impetus to language sciences in Great Britain and eventually leading to the recognition of general linguistics as an independent academic discipline. His writings show a wide retrospective horizon both in time and space. He defined himself as in continuity with 19thcentury phonological experiments (Sweet, Bell). These references contribute to the formation of what is known as “Firthian linguistics”, whose contours this dissertation aims at defining. His linguistic and phonological concepts (context of situation, meaning by collocation, colligation, restricted languages as well as phonaesthesia and prosodic analysis) are studied here and put into perspective. They rely on functionalism and transdisciplinarity in a multilingual approach where Asiatic languages foster the awareness of a eurocentrism the author tried to overcome. Firth was the founder of the London School,initiating a legacy embodied by many generations of English linguists (Robins, Halliday, Crystal). Our study aims thus at assessing his real place and contribution to the history of linguistic thought.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.