L'authenticité dans les pratiques de patrimonialisation : sens, statuts et usages

par Tamara Glas

Thèse de doctorat en Sciences politiques. Sociologie

Sous la direction de Laurent Fleury.

Le président du jury était Bruno Péquignot.

Le jury était composé de Mário Canova Moutinho.

Les rapporteurs étaient Joëlle Le Marec, Michel Rautenberg.


  • Résumé

    Essentielle au patrimoine, l'authenticité est une notion ambivalente. Son utilisation comme critère place les praticiens face à des difficultés concrètes les forçant à interroger, critiquer, et résoudre ce qui pour eux, fait l'authenticité de l'objet patrimonial qu'il soit monumental, tangible ou intangible. Une approche théorique intra- puis infra- patrimoniale permet de formuler, dans un système organisé, les controverses qu'ils soulèvent puis les réponses que d'autres disciplines apportent. Cette démarche aboutit à une catégorisation de différents « modes d'authentification ». Catégorisation, certes artificielle, mais qui permet d'offrir un outil et un vocabulaire pour distinguer les différentes manières d'envisager l'authenticité dans deux études de cas aux échelles diamétralement opposées : la valorisation de patrimoines indigènes hybrides dans la ville de Sucre en Bolivie, et la mise en œuvre de la liste du patrimoine mondial et la liste représentative du patrimoine immatériel de l'UNESCO. Les différentes manières de combiner ces authenticités témoignent de stratégies d'appropriation ou d'exclusion des patrimoines et de ceux qui les incarnent qui peuvent être décrites comme des jeux d'assemblages et de luttes. L'authentification n'est plus envisagée par les acteurs comme une étude d'experts dont le résultat est un arbitrage définitif, mais elle devient un processus en renouvellement constant dans lequel interviennent des acteurs de plus en plus diversifiés.

  • Titre traduit

    Authenticity in the making of heritage : meanings, statuses and practices


  • Résumé

    Central to heritage, authenticity is an ambivalent notion. Its use as a criterion leads practitioners to face concrete difficulties forcing them to interrogate, criticize, andsolve the meanings embedded in the « authenticity of the heritage object », whether monumental, tangible or intangible. A theoretical approach, internal and external to the heritage field, allows to formulate through an organized system, the controversies they bring forward and the solutions other disciplines explore. Such an approach leads to suggesting different « authentication modes ». Despite its artificial nature, it offers a tool and vocabulary to distinguish between different ways to consider authenticity in two case-studies on diametrically opposed scales: the enhancement of hybrid indigenous heritage in the city of Sucre, Bolivia, and the implementation of the World Heritage List and of the Representative List of the Intangible Cultural Heritage of Humanity by UNESCO. The different ways these authenticities are combined attest for different appropriation or exclusion strategies both of the heritage at stake and of those who embody it. These strategies may be described as an interplay leading to coalitions and struggles. Stake holders no longer consider authenticationas the study of experts resulting in a permanent arbitration, but see it as a constantly renewed process in which more and more diverse participants take action

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.