Ce qui pousse la femme hors-la-loi : de la féminisation de la violence dans ses rapports à la psychanalyse

par Manuela Mazzola

Thèse de doctorat en Psychologie. Recherche en psychopathologie et psychanalyse

Sous la direction de Laurie Laufer.

Le président du jury était Christian Hoffmann.

Le jury était composé de Monique David-Ménard, Coline Cardi, Natacha Vellut.

Les rapporteurs étaient Jean-Michel Vives, Sidi Askofaré.


  • Résumé

    En principe le droit traite les deux sexes à égalité tandis que les lieux communs mènent la pensée dans les impasses d’une paix portée par les femmes et de guerres portées par les hommes. De tout temps, la part de criminalité féminine est restée moindre que celle des hommes. Depuis des analyses croisées d’historiens, juristes, criminologues, sociologues, et psychologues, les chercheurs mobilisent des sources abondantes et multiples qui nous donnent à voir la complexité des représentations des femmes criminelles, construites et sédimentées depuis plus de vingt siècles. Aujourd’hui, l’augmentation des infractions féminines constitue un nouveau champ de recherches interdisciplinaires. Mieux interroger le malaise dans la civilisation d’une tendance actuelle à la violence féminine c’est rouvrir la boite à Pandore par ce thème ancestral de la femme criminelle. Sous cette empreinte féminine qui caractérise notre monde actuel, cette thèse nous engage sur les chemins d’une recherche en psychanalyse dans ses rapports au passage à l’acte depuis une pratique clinique en milieu carcéral. Position féminine n’étant pas à confondre avec la jouissance féminine, qu’est-ce que cette touche du réel du hors-la-loi vient-elle nous enseigner ? Devant l’échec du fantasme, les violences ne cessent pas d’échapper à la machine signifiante. A partir du développement de l’enseignement freudien et orientés par cette logique non œdipienne introduite par la théorie des jouissances lacanienne, nous interrogerons la mise en acte comme court-circuit de la réalité inconsciente.

  • Titre traduit

    What causes a woman become outlaw ? : of feminization of violence in its reports to psychoanalysis


  • Résumé

    On principle, right treats equally the two sexes while servants domains lead thought in apeace’s deadlock brought by the women and wars brought by the men. Feminine crime hasalways remains minor towards mens. Since crossed analysis from historicians, jurists,criminologists, sociologists and psychologists, groups of researchers mobilize abundant andmultiple sources that reveals the complexity of criminal women’s representations built andsedimented for centuries. Today feminine’s infractions rise forms a new field ofinterdisciplinary research. Better questionning civilization and its discontents on the currenttrend towards feminine violence consists in reopening the Pandora box by this ancestral themeof criminal woman. Under this feminine print which characterises our current world thisthesis initiate us in the path of psychoanalysis researches in its reports with the acting outfrom a clinical practice in prison environment. Feminine’s position is not to be confused withthe feminine jouissance, what this touch of the real from the out-law comes to teach us ?Before failure of the phantasm, both in neurosis and psychosis, violences never ceased toescape (the chain of signifier ou the signifier machine). From the enlightement of freudian’steaching and direct by this non oedipal’s logic introduced by the theory of Lacanianjouissance, we question the violent enactment as a short-circuit of unconscious reality

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.