Les écrits tardifs de Mark Twain : un corpus illisible ?

par Alicia Tromp

Thèse de doctorat en Langues et littératures étrangères. Langues et cultures des sociétés anglophones

Sous la direction de Mathieu Duplay.

Le président du jury était Mark Niemeyer.

Le jury était composé de Cécile Roudeau.

Les rapporteurs étaient Françoise Sammarcelli.


  • Résumé

    Depuis plusieurs décennies, la critique américaine bouscule les limites traditionnelles du concept de « canon ». Les « grands » auteurs n’ont pas pour autant été congédiés et la notion de canon continue à jouer un rôle central. Ce phénomène double est particulièrement frappant chez Mark Twain. Le corpus illustrant le mieux ce mélange d’hypercanonicité et d’obscurité totale est sans doute celui qui regroupe les textes composés après l’œuvre twainienne canonique par excellence, les célèbres Adventures of Huckleberry Finn : le Twain tardif. Si ces textes sont de plus en plus lus, l’effort d’analyse critique achoppe presque invariablement sur une problématique revenante : celle de leur marginalité ou plus spécifiquement encore, de leur illisibilité. Cette thèse interroge la notion d’illisibilité en conjonction avec la question de la « tardiveté » de ces écrits.L’illisibilité du corpus twainien tardif commence dès l’époque de la rédaction de ces écrits, par une illisibilité dans son acception la plus matérielle et littérale. Cette illisibilité s’accompagnait d’entrée de jeu d’un autre type d’illisibilité, fondé sur le jugement et l’appréciation esthétiques (des textes illisibles car mal écrits). Cette thèse cherche à lire l’illisible, sans pour autant chercher à réhabiliter le corpus, sans même entreprendre de confirmer l’existence pleine de l’objet d’étude choisi, de ce corpus tardif en tant qu’ensemble de textes unifiables à l’intérieur d'une catégorie chronologique close et évidente. Loin d’ignorer l’ennui, l’exaspération et la déception que ces textes ont pu inspirer, il s’agit de problématiser la notion d'illisible.

  • Titre traduit

    Mark Twain’s later writings : An unreadable body of works ?


  • Résumé

    Although deconstructed and challenged, the idea of the literary canon seemsto have survived. This ambiguous phenomenon has affected approaches to Mark Twain’swork to a profound degree. The group of texts most aptly illustrating this odd interlacingof hypercanonicity and complete obscurity is that which follows Huckleberry Finn : thelater writings of Twain. These texts invariably call up the question of their marginalityand their unreadability. Why were they left unread for so many years, and why do theycontinue to be so marginal, when compared to the immense success of the Adventures ?Can some of the manuscripts be salvaged by means of certain literary approaches and atspecific times in the history of aesthetic moods ? This PhD on Twain’s later writingsaims to explore the idea of unreadability by combining it with theoretical and criticalaccounts of lateness. « Unreadability » as a central notion to Twain’s later work startswith the most material and literal meaning of the word – that which cannot be read – andbegan as early as the moment of composition of these texts : many manuscripts remainedunpublished, incomplete, or were rejected by the publishers Twain approached. Thisillegibility combined with the texts’ frequently decried unreadability. The aim of this PhDis to read late Twain without necessarily attempting to rehabilitate these texts, withouteven confirming the full existence of the idea of « late » Twain. Instead of ignoring theexasperation and disappointment many critics and readers have experienced, this thesiswill attempt to work with this unreadability, but not without questioning and redefiningthe notion of unreadability and its contraries.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.