Historiographie ecclésiastique au dix-neuvième siècle en Angleterre : Henry Hart Milman (1791-1868) et John Henry Newman (1801-1890)

par Camille Bedeau

Thèse de doctorat en Langue et culture des sociétés anglophones

Sous la direction de Robert Mankin.


  • Résumé

    Cette thèse s'interroge sur le traitement de l'histoire sainte et de l'histoire ecclésiastique dans l'oeuvre de Henry Hart Milman, l'historien controversé de l'Histoire des Juifs publiée en 1829, et de John Henry Newman, théologien et historien dont l'Essai sur le Développement de la Doctrine chrétienne (1845) devait donner une fondation intellectuelle à sa conversion au catholicisme. La première partie est consacrée à l'affrontement entre les partisans de la méthode historico-critique de lecture des Ecritures pratiquée en Allemagne et qui commence d'être débattue en Angleterre, et les défenseurs d'une vision traditionnelle de l'inspiration excluant toute erreur scientifique ou historique dans la Bible. Ni Milman ni Newman ne défendent la notion d'inspiration verbale, ils émettent cependant des critiques à l'encontre de l'école allemande (qui n'est elle-même évidemment pas homogène). La deuxième partie permet d'explorer plus avant les positions respectives de Milman et de Newman, qui se recensent l'un l'autre : Newman critique l'Histoire du christianisme (1840) de Milman, et Milman l'Essai sur le Développement. Enfin, la troisième partie révèle Milman comme un précurseur de l'anglicanisme libéral tel qu'il est proposé par les essayistes (Essays and Reviews, 1860) tandis que Newman s'associe aux catholiques libéraux du Rambler à la veille du concile Vatican I. Les deux questions (qu'est-ce que l'Eglise ? qu'est-ce que le contenu de la foi chrétienne ?) qui sont largement débattues au cours du dix-neuvième siècle sont pour nos auteurs appelées à être résolues dans l'étude de l'histoire.


  • Résumé

    This dissertation is about the writing of Church history in the works of H. H. Milman, the controverted historian of The History of the Jews published in 1829 and of J. H. Newman, the theologian and historian whose Essay on the Development of Christian Doctrine (1845) was intended to give an intellectual foundation to his conversion to Roman Catholicism. The first part deals with the conflict between the promoters of the historical-critical method of Scripture interpretation which was part of contemporary German theology, and the advocates of a traditional understanding of inspiration who saw Scripture as necessarily void of historical or scientific mistake. Neither Milman nor Newman supported verbal inspiration, but they were critical of the German school (which was not homogeneous itself). The second part throws light on the differences of appreciation between Milman and Newman as to what a Church history should be. This is made particularly clear in the reviews that they wrote on each other's work : Newman reviewed The History of Christianity [1840] and Milman the Essay on the Development already mentioned. The third part shows that Milman was a forerunner of the liberal Anglicanism that was characteristic of the essayists of the collection Essays and Reviews (1860), while Newman associated with the liberal Catholics of the Rambler on the eve of the first Vatican Council. Two questions were largely debated during the 19th century, especially in the aftermath of the E & R crisis : what are the boundaries of the Christian Church ? ; what are the contents of the Christian faith ? Both questions could be solved, so Milman and Newman thought, by an appeal to history.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (413 p.)
  • Annexes : 228 réf. bibliogr. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TL (2016) 015
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.