L'expérimentation de n'importe qui : Du défi de Marx à la cartographie ranciérienne des formations sociales

par Anders Fjeld

Thèse de doctorat en Philosophie politique

Sous la direction de Étienne Tassin.


  • Résumé

    Comment entendre l'idée d'une expérimentation de n'importe qui ? Nous nous interrogeons ici sur la manière dont elle pose ses problèmes, ouvre des nouvelles possibilités et engage des processus de transformation de nos espaces sociaux. Pour mener cette interrogation, il nous faut développer une « cartographie esthétique » du champ social, capable de tracer d'une part les multiples mondes en exploration, chacun peuplant ce champ avec des différents problèmes, coordonnées et espoirs, et d'autre part la manière dont ces différentes expérimentations entrent en conflit et se travaillent réciproquement. Nous ouvrons ces réflexions par un rapprochement réciproque entre Karl Marx et Jacques Rancière, en déterrant les tendances démocratiques qui parcourent l'oeuvre du premier et en développant l'hypothèse selon laquelle la pensée de Rancière est une radicalisation de ces tendances. Ceci nous permet de rejeter les lectures convenues de sa pensée, en cherchant d'autres lignes de continuité de ses travaux depuis 1974 jusqu'à aujourd'hui pour repenser sa « méthode de l'égalité ». À partir de là, nous développerons non seulement l'idée d'une cartographie esthétique liée à une éthique du problème, définissant différents registres d'évaluation des problèmes posés et explorés par les multiples expérimentations du champ social, mais aussi, plus spécifiquement, quatre procédés d'expérimentation et quatre formations sociales respectives : police, utopie, politique, démocratie. Nous développerons ces idées en nous inspirant des expérimentations de Claudette Colvin, d'Alphonse Bertillon, de Jean-Baptiste André Godin, de Leopold von Sacher- Masoch, de Lewis Carroll et de James Agee.

  • Titre traduit

    Experimenting as anyone : From democratic tensions in Marx to a Ranciérian cartography of social formations


  • Résumé

    How to understand the idea of experimenting as anyone? We will interrogate the way in which experimentation defines its problems, opens new possibilities and engages transformative processes of our social spaces. In order to do so, it is necessary to develop an "aesthetic cartography" of the social realm, in order to map the several worlds being explored in this realm, with their different problems, coordinates and horizons, as well as to understand how they interact and enter into conflict. We enter into these reflexions through a mutual questioning of Karl Marx and Jacques Rancière, trying to identity the democratic tendencies of Marx with the hypothesis that Rancière's philosophy radicalizes them. This will permit us to reject the common interpretations of Rancière and engage a reevaluation of his works from 1974 to today in order to search for other continuities and conceptual developments. From there, we develop the idea of an aesthetic cartography linked to an "ethics of the problem", as well as four experimental registers, and thus four respective social formations: police, utopia, politics and democracy. We will develop these ideas through readings of the experimentations of Claudette Colvin, Alphonse Bertillon, Jean-Baptiste André Godin, Leopold von Sacher-Masoch, Louis Gabriel Gauny, Lewis Carroll (revisited by Walt Disney) and James Agee.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (431 p.)
  • Annexes : 185 réf. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TL (2016) 009
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.