Contribution à la cartographie d’une matrice de flux

par Françoise Bahoken

Thèse de doctorat en Géographie. Sciences des territoires

Sous la direction de Claude Grasland et de Christine Tobelem-Zanin.


  • Résumé

    La cartographie d'une matrice de flux a pour objectif de représenter ses valeurs sur une carte, en les transformant tel un graphe en objets ponctuels et linéaires qu'elle projette dans un espace communément géographique. Lorsque la zone d'étude compte de nombreux lieux, cette approche revêt d'abondantes difficultés qu'il convient de résoudre au risque de produire une figure illisible, caractéristique d'une complexité graphique et analytique intrinsèque, c'est l'effet spaghetti. La thèse contribue de quatre manières à la réduction de cette complexité. Tout d'abord, en proposant une formalisation de ses composantes conduisant à une typologie des méthodes usuelles de cartographie de flux. Ensuite, au niveau théorique et conceptuel, en établissant la signification de la carte de flux au regard de la carte de mouvements, en introduisant l'espace géographique dans le processus cartographique (et non dans sa seule modélisation), démontrant ainsi l'importance des positions des lieux et du tracé du lien (rectilinéaire ou non), de la sémantique (migratoire, commerciaux,. . . ) et du critère de sélection. Puis, sur le plan méthodologique, en proposant un renouvellement de la sémiologie cartographique du flux sans mobiliser les données numériques. Enfin, en rediscutant le choix d'un critère de sélection, selon qu'il considère l'espacement des lieux (la distance, le voisinage, l'appartenance) ou non, qu'il agit au niveau global des flux et/ou local des lieux. L'approche se voulant générale et généralisable, les solutions sont validées empiriquement sur des matrices de flux migratoires et commerciaux s'exprimant à différentes échelles géographiques, locales et globales.

  • Titre traduit

    Mapping a flow matrice, a contribution


  • Résumé

    Mapping a flow matrice aims to project its values on a map, using linear and punctual features as a graph, but depicting generally geographical patterns. When the study area is large, this approach leads several difficulties, graphics constraints and challenges that must be addressed. This thesis offers four families of contributions for reducing analytical and graphical complexity of flow mapping, the so-called spaghetti¬effect. Firstly, by proposing a formalization of the complexity components and a typology of the usual flow mapping process. Then, on both theoretical and conceptuel levels, by establishing the different logics underlying flow mapping ; also the meaning of the flow map compared to the map of movements, then introducing the geographical area in the flow mapping process (not in its modeling step). Then, methodologically, by mobilizing in one hand, only graphical aspects in order to renew the cartographic semiotics of flows and, on the other hand, the flow data in the context of discussions about the choice of the selection criteria, as they consider geographical space (distance, neighborhood,. . . ) or not, as they are global, focused on flows or on spaces. The approach wanting to be general and generalizable, the proposed solutions are empirically validated on migration or trade flow matrices that are expressed at different geographical scales, from local to global levels.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (408-48-23-41 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 1-48. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Maison des sciences de l'homme et de la société. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TL (2016) 002
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.