Du « rencard » au « rancart » ? Une expérience psychique de passage : la retraite professionnelle de la femme

par Caroline Siaugues

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Benoît Verdon.

Le président du jury était Françoise Neau.

Le jury était composé de Benoît Verdon, Françoise Neau, Joëlle Lighezzolo, Jean-Marc Talpin, Christophe Dejours, Joëlle Deniot.

Les rapporteurs étaient Joëlle Lighezzolo, Jean-Marc Talpin.


  • Résumé

    L'expérience du passage à la retraite paraît susceptible d'induire le trouble sur la scène psychique de bien des femmes. Souvent l'objet d'une chère attente associé au mérite et à la délivrance, la retraite professionnelle marque aussi l'avancée en âge et ne peut donc être pensée sans les problématiques qu'engage la traversée du vieillissement. À l'appui de 28 entretiens de recherche réalisés auprès de femmes retraitées, âgées entre 60 et 66 ans, cette thèse se propose d'appréhender tant la complexité que la singularité du travail psychique réclamé par cette expérience de passage. Cette recherche montre que le traitement psychique de l'arrivée à la retraite est tributaire de l'organisation psychique. Par ailleurs, certains effets associés au statut hiérarchique occupé durant l'exercice professionnel permettent également d'approcher les modalités spécifiques de désinvestissement de l'« objet-travail » et de la « scène professionnelle ». Enfin, parce qu'il est susceptible de bouleverser tant les repères que les places investies par la femme, l'accès à la retraite semble pleinement re-convoquer certaines problématiques psychiques inhérentes au travail d'adolescence, offrant parfois l'occasion de l'approfondir. Cette thèse cherche à promouvoir une réflexion sur le travail de culture et la « mise en partage » de ses objets.

  • Titre traduit

    From useful to useless ? A psychic experience of transition : occupational retirement of woman


  • Résumé

    Experiencing transition to retirement seems likely to induce disorder on many women's psychic scenes. As often happens, retiring from one's job is the focus of cherished expectations associated to merit and deliverance. Yet, it also portends getting on in years: it cannot therefore be envisaged without dealing with the problems incurred by coping with age. In support of 28 research interviews conducted with 60 to 66-year old retired women, this thesis aims to understand both the complexity and singularity of the psychic work required by such transitioning experience. This research shows that the mental processing of reaching retirement-age depends on the person's emotional organization. In addition, some effects associated with the hierarchical status enjoyed by women during a busy professional career also make it possible to approach the specific modalities of disinvesting the "work-object" and the "professional scene". Lastly -- since it is likely to upset both their grounding and the spheres conquered by women -- reaching retirement seems to fully reconvene some psychological problems inherent in adolescence work, sometimes providing the opportunity of deepening it. This thesis seeks to promote a reflection on working at cultural level and "setting up ways of sharing" its objects.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.