Sidérurgie ancienne au Sahel : archéologie d'un district métallurgique de la fin de l'âge du Fer (Markoye, province de l'Oudalan, Burkina Faso)

par Jean-Marc Fabre

Thèse de doctorat en Préhistoire

Sous la direction de Michel Barbaza.

Le président du jury était François-Xavier Fauvelle-Aymar.

Le jury était composé de Michel Barbaza, Bertrand Hirsch, Lassina Koté.

Les rapporteurs étaient Bertrand Hirsch, Lassina Koté.


  • Résumé

    Les prospections ont mis au jour, dans les années 2000, plus de 150 sites sidérurgiques dans l'extrême Nord du Burkina Faso. La typo-chronologie des bas fourneaux permet de distinguer deux phases de production. La première (7-10èmes s.) était probablement destinée à satisfaire les besoins du marché local. Durant la seconde phase (11-13èmes s.), la production est multipliée par 25 par rapport à la phase initiale.La plupart des ateliers sont localisés dans la vallée du Beli, la zone Nord, mais les liens sont très étroits avec les habitats de la zone Sud, situés au contact de nombreuses gravures rupestres dont les thèmes iconographiques permettent de caractériser la population locale. Il s'agit d'une société métissée, avec un fonds soudanien influencé par les Berbères et teinté d'islam. Cette population utilise un type particulier de bas fourneau, qui permet de dessiner les contours de son territoire, entre la vallée du Niger et les anciennes sources du Beli.Les textes arabo-musulmans évoquent régulièrement une frontière du domaine de l'Islam au bilād al-Sūdān. Nous proposons de situer cette limite symbolique au sud de Kukia / Bentia. Elle se superpose à des limites géologique, climatique et culturelle. Au-delà, c'est le monde de l'animisme, le pays de l'or et du fer.Précisément située à la jonction de ces deux mondes, la société qui nous intéresse a pu jouer un rôle d'intermédiaire, sur les plans commercial et stratégique.

  • Titre traduit

    Ancient iron metallurgy in Sahel : archaelogy of a metallurgic district at the end of the Iron Age (Markoy, Oudalan, Burkina Faso)


  • Résumé

    The surveys carried out in the extreme north of Burkina Faso have led to the identification of more than 150 metallurgical sites.Two production periods have been distinguished, based on the type of slag-pit furnaces. During the first one (7th–10th c.), the production was probably restricted to the local market. During the second period (11th–13th c.), it multiplied by 25.Most of workstations are situated in the Beli River’s valley, in the North zone, but there are very tight links with settlements of the South zone, where the iconographic themes of rock engravings help to characterize the local population. It was a hybrid society, basically Sudanian with Berber influence and a Muslim varnish. The geographic distribution of a specific type of slag-pit furnace allows to locate its territory between the Niger River’s valley and the ancient springs of the Beli River.Arab-Muslim texts allude regularly to a limit of the Islam World at bilād al-Sūdān. It is argued that his symbolic boundary was situated south from Kukia / Bentia. It overlaps with geologic, climatic and cultural limits. Beyond is the world of animism, the land of gold and iron.Situated precisely in between those two worlds, this society could have been both a strategic and commercial go-between.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Sidérurgie ancienne au Sahel : archéologie d'un district métallurgique de la fin de l'âge du Fer (Markoye, province de l'Oudalan, Burkina Faso)


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?