Atmosphères ressenties, formes empruntées : une lecture ethno-anthropologique et ontologique de l'oeuvre de Jasper Morrison

par Laurence Mauderli

Thèse de doctorat en Arts et sciences des arts

Sous la direction de Frédéric Guerrin.

Soutenue le 25-01-2016

à Toulouse 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues, Philosophie, Communication (Toulouse) , en partenariat avec Lettres, langages et arts (Toulouse) (laboratoire) .

Le président du jury était Alessandro Zinna.

Le jury était composé de Frédéric Guerrin, Michela Deni, Daniel Payot, Pierre Montebello, Cloé Pitiot-Fontaine.

Les rapporteurs étaient Michela Deni, Daniel Payot.


  • Résumé

    Cette thèse met en avant une lecture ethno-anthropologique et ontologique de l’œuvre du designer anglais Jasper Morrison.Le parti pris de lier l’ethno-anthropologie (André Leroi-Gourhan) et l’ontologie (Martin Heidegger) à la production morrisonienne, en l’occurrence de meubles, d’objets, d’images et de textes, nous permet de faire émerger quelque chose d’inédit quant à cette figure majeure du design contemporain. En effet, outre le fait que cette thèse examine la tangibilité des liens entre l’esprit et la matière, entre l’homme, l’objet et la civilisation, elle montre aussi à quel point le designer est relié à son contexte d’existence, qu’il crée ou recrée ad infinitum à la façon du design. Ainsi, cette thèse de structure interprétative, met-elle au jour de manière démonstrative la mécanique morrisonienne, qui commence par un travail poético-expérimental conditionné par le désir d’un affranchissement du cadre typologique pour évoluer rapidement vers un respect manifeste de celui-ci. Habité par la question du home, ce « constructeur du nouveau monde » qu’est Morrison, c’est ce que cette thèse démontre, œuvre à travers un design que l’on pourrait qualifier “au-delà du visible” ou dont on pourrait dire qu’il a tendance à se fondre dans la panoplie des formes plutôt qu’à s’en détacher. En effet, le designer, charmé par les « artefacts sans artistes » tente de se rapprocher de ces productions anonymes cherchant à retraiter leur substance, rejouant par le design les ressentis thoreauviens à Walden. Enfin, ce que cette thèse aborde et c’est là encore un nouvel horizon qu’elle ouvre sur la lecture de l’œuvre de Jasper Morrison, c’est la question de l’atmosphère comme démarche et/ou étude prospective du designer dont la production renvoie à une forme de vigilance existentielle de l’homme et par voie de conséquence de l’objet dans le monde contemporain.

  • Titre traduit

    Atmospheres felt, shapes borrowed : an ethno-anthropological and ontological reading of the work by Jasper Morrison


  • Résumé

    This research aims towards an ethno-anthropological and ontological reading of the work by the British designer Jasper Morrison.Linking an ethno-anthropological (André Leroi-Gourhan) and ontological perspective (Martin Heidegger) to Jasper Morrison’s production, that is furniture, objects, images and texts enables us to bring out something entirely new contributing in a significant way to our comprehension of this major figure of contemporary design. Not only does this thesis examine the tangibility of the ties between mind and material, between man, object and civilisation, but it also shows the extent to which the designer is connected to his context of existence, which he creates or recreates infinitely through design. In other words, this thesis, of interpretative structure, reveals the mechanics of Morrison’s practice, a practice which starts with a poetic-experimental approach, conditioned by the desire to liberate itself from the typological constraints, and evolves quickly towards an obvious respect of those very constraints. Morrison, this « new world constructor » who is obsessed by the concept of home, works towards a design which could be called “beyond visible” or, one which shows a tendency to blend into the panoply of shapes rather than detach itself from it. Indeed the designer, who is charmed by « artefacts without artists », attempts to get closer to these anonymous productions, trying to re-treat their substance and thus replaying Thoreauvian feelings in Walden. Finally, this thesis offers another new horizon towards the reading of Jasper Morrison’s production. It deals with the question of atmosphere as a line of approach and/or a prospective study by the designer whose production refers to a form of existential vigilance of man and consequently of the objet in our contemporary world.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.