Dynamiques des relations filles-garçons dans les quartiers populaires : la solidarité en tension : une comparaison franco-allemande

par Muriel Dudt

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Catherine Delcroix.

Le président du jury était Emmanuelle Santelli.

Le jury était composé de Emmanuelle Santelli, Lena Inowlocki.

Les rapporteurs étaient Catherine Wihtol de Wenden, Adelina Miranda.


  • Résumé

    Cette thèse de sociologie vise à étudier les dynamiques des relations entre les filles et les garçons – descendants d'immigrés – résidant au sein de deux quartiers populaires, français et allemand, dans lesquels des politiques publiques spécifiques sont mises en place : la politique de la ville en France, la Soziale Stadt en Allemagne. L'originalité de ce travail vient du fait que les relations entre les sexes sont analysées sous l'angle de la tension entre solidarité et concurrence. L'analyse, développée à partir d'entretiens biographiques et d'une ethnographie multisituée, souligne les effets des stratégies éducatives des parents, des expériences scolaires et professionnelles des enfants, ainsi que de leur engagement dans des « pôles normatifs » plus ou moins égalitaires au sein de leur quartier sur les dynamiques de solidarité et de concurrence entre les sexes. La solidarité entre les sexes apparaît comme une ressource mobilisable, pour les filles et pour les garçons, dans le cadre du passage à l'âge adulte. Elle permet notamment de faire face à différentes formes de domination. La solidarité ne va cependant pas de soi. Elle apparaît et disparaît, doit être négociée et re-négociée, change de forme en fonction des contextes et des interactions. Il s'agit de ce que j'appelle une solidarité en tension.

  • Titre traduit

    Relationship dynamics between boys and girls living in deprived in neighborhoods : the solidarity in tension : a French-German comparison


  • Résumé

    This PhD thesis aims at studying the dynamics of the relationships between boys and girls – descendants of migrants – living in two deprived neighborhoods, in France and Germany, in which specific public policies have been implemented: the “politique de la ville” in France, and the “Soziale Stadt” in Germany. The originality of this research resides in the fact that gender relations are analyzed considering a tension between solidarity and competition. The analysis, based on life stories and on a multi-sited ethnography, underlines the effects of the educational strategies of the parents, of the school and work experiences of the children, as well as of their involvement in more or less gender egalitarian “normative poles” in their neighborhood, on the dynamics of solidarity and competition. Solidarity between boys and girls seems to be a useful resource during the transition into adulthood. It is especially used in order fight different kinds of domination. Solidarity is not fixed, but dynamic. It appears and disappears, must be negociated and re-negociated, changes its form depending of the contexts and interactions. It is what I call a solidarité en tension.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.