Facteurs psychologiques et risque cardio-métabolique : rôle modérateur des inégalités socioprofessionnelles

par Emmanuel Wiernik

Thèse de doctorat en Santé publique - épidémiologie

Sous la direction de Hermann Nabi et de Cédric Lemogne.

Soutenue le 28-09-2016

à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Santé Publique (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne ; 2015-...) , en partenariat avec Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (Villejuif, Val-de-Marne) (laboratoire) , Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (établissement de préparation de la thèse) et de Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations / CESP (laboratoire) .

Le président du jury était Alexis d' Escatha.

Le jury était composé de Jean-Christophe Chauvet-Gelinier.

Les rapporteurs étaient Maria Melchior, Philippe Gabriel Steg.


  • Résumé

    Un nombre croissant d’études suggèrent que le rôle des facteurs psychologiques dans le risque cardio-métabolique pourrait différer selon la position socio-économique des individus.Les travaux de cette thèse ont utilisé les données du Centre d'Investigations Préventives et Cliniques, de l'Etude Prospective Parisienne 3 et de la cohorte CONSTANCES pour examiner le rôle modérateur de la profession et catégorie socioprofessionnelle (PCS) sur les relations entre stress ou dépression et différents marqueurs du risque cardio-métabolique.Les résultats montrent que la PCS était un facteur modérateur de l'association du stress perçu avec la PA élevée chez les femmes (étude no 1), le diabète (étude no 2) et l'athérosclérose préclinique (étude no 3), de telle sorte que les individus des PCS les moins favorisées étaient les plus à risque. Cela semblait également être le cas pour l'association entre la dépression et le risque de maladie coronarienne à 10 ans chez les hommes (étude no 4).Ces résultats montrent l'importance de prendre systématiquement en compte le rôle modérateur des inégalités socioprofessionnelles dans la relation entre facteurs psychologiques et risque cardio-métabolique, aussi bien dans les études épidémiologiques pour mieux caractériser ce risque, qu’en santé publique et pratique clinique pour mieux le prévenir.

  • Titre traduit

    Psychological factors and cardiometabolic risk : moderating effect of occupational inequalities


  • Résumé

    A growing body of studies suggests that the association between psychological factors and cardiometabolic risk might depend upon individual's socio-economic status.Data of Centre d'Investigations Préventives et Cliniques, Paris Prospective Study 3 and CONSTANCES cohort were used to examine the moderating role of occupational status (OS) on the associations between stress or depression and cardiometabolic risk markers.OS was a moderating factor of the association between perceived stress and high blood pressure among women (study No. 1), diabetes(study No. 2) and subclinical atherosclerosis (study No. 3), with increased risk for the individuals of lower OS. Similar pattern of results were observed for the association between depression and 10-year coronary heart disease risk among men (study No. 4).These results highlight the importance to systematically take into account the moderating effect of occupational inequalities when examining the association between psychological factors and cardiometabolic risk in epidemiological studies to better characterize this risk but also in public health policies and clinical practice for a better prevention.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.