La sociologie au Pakistan : origine et développement (1955 - 2014)

par Imran Sabir

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Marnix Dressen.

Soutenue le 02-02-2016

à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Cachan, Val-de-Marne) , en partenariat avec Laboratoire PRINTEMPS (Guyancourt, Yvelines) (laboratoire) et de université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (établissement opérateur d'inscription) .

Le président du jury était Agnès Deboulet.

Le jury était composé de Marnix Dressen, Michel Dubois, Frédéric Lebaron.

Les rapporteurs étaient Philip Milburn, Syed Muhammad Hasan-uz-Zaman.


  • Résumé

    Cette thèse est un récit historique portant sur l'origine et le développement de lasociologie au Pakistan dans une perspective critique de sociologie de la sociologie.Cette recherche explore les facteurs qui sont à l'origine de l’institutionnalisation de la sociologie dans l'enseignement supérieur en plongeant dans les traditionshistoriques de divers systèmes d'éducation du sous-continent Indien, avec larupture qu’a entraîné la brusque introduction du système colonial d'éducation aucours des 19è et 20è siècles. La thèse est particulièrement consacrée à l’analysedes cadres idéologiques masqués en connaissance scientifique et que les pouvoirspolitiques ont utilisé pour faire avancer leurs intérêts politiques dans le Pakistanpostcolonial. La recherche explore simultanément l'ambition des sociologues deconstruire leur légitimité professionnelle en se mettant au service des politiquessociales de l'Etat-nation. Sur cette base au cours des années 1955-1979, s’est construit un modèle professionnel et institutionnel. Les générations suivantes de sociologues l’ont pris comme modèle normatif standardisé à imiter et nécessaire pour leur survie académique. Leur vision fait de la société pakistanaise un objet de réforme, en vue de sa modernisation. Souvent acritique, pour assurer sa croissance quantitative, cette sociologie positiviste et empiriste se soumet au Nexus du savoir et du pouvoir. Enfin, la thèse montre que la sociologie au Pakistan étant une discipline sans grands effets, elle est assiégée et dominée et reste en dehors de la dynamique du travail cognitif international ou à tout le moins qu’elle occupe une place très subordonnée dans la division internationale du travail de la connaissance. On peut en voir la preuve dans le fait que les sociologues Pakistanais sont pratiquement absents des banques de données internationales d’articles scientifiques.

  • Titre traduit

    SOCIOLOGY IN PAKISTANORIGIN AND DEVELOPMENT1955–2014


  • Résumé

    This dissertation is a historical account of origin and development of Sociology inPakistan from a critical perspective of sociology of sociology. It explores the factors behind the construction of sociology as an academic discipline by going deep into the historical traditions of diverse education systems in subcontinent, which were ruptured by a sudden introduction of colonial education system during 19th and 20th centuries. It draws especially on the ideological frames masked as scientificknowledge employed by political powers to advance their political interests in thepost-colonial Pakistan. Using historical archives, interviews with Pakistanisociologists, and dissertations of master students from two oldest and the largestinstitutions of sociology in Pakistan, this study reveals how sociology in Pakistanwas introduced, institutionalized, practiced, and produced within socio-historical and political context. The study also explores linkages of the production of sociological knowledge to the logic of political power, on the one hand, and the simultaneous ambition of sociologists, on the other--to establish both professional legitimacy and social policy relevance for sociology in the nation-state. The type of sociology that emerge from this negotiation—the positivist, applied—a professional and academic model during 1955-79, which was imitatively followed by the coming generations of sociologists in Pakistan as a standardized normative pattern for their academic survival, continue to treat Pakistani society as an object of reformation, appropriation and mobilization towards the ultimate goal of modernization. The ascendancy of positivist and empiricist sociology in Pakistan is explained as a deliberate, and often extremely uncritical, attempt to congenially resonate with the knowledge and power nexus for its quantitative growth. Finally, the dissertation demonstrates that the academic sociology in Pakistan being inconsequential, beleaguered and belittled discipline remains outside the dynamics of cognitive labor, and consequently is virtually perished from the international platforms of knowledge production.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (337 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 296-337

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.